Nouvelle tendance : colorer les poils sous les aisselles

Nouvelle tendance : colorer les poils sous les aisselles

Oubliez la mode du rasage, aujourd'hui l'heure est aux poils, et colorés si possible. Cette nouvelle mode est née en réaction à l'apparition en 1999 de Julia Roberts pour la première de "Coup de foudre à Notting Hill". Une présence particulièrement remarquée en raison des poils qu'elle avait sous les bras, un moment largement relayé au sein de la presse.

Plusieurs selfies ont depuis lors été publiés par des femmes qui, les bras en l'air, affichent fièrement leurs aisselles colorées au monde entier. Une fois rose, une fois bleu, ou encore multicolore, c'est une manière de prouver que les femmes, tout comme les hommes, peuvent aussi abandonner leurs rasoirs et avoir des poils.

— AsiaOne (@sphasiaone) 30 Novembre 2014

Sur le site "Frothmagazine", Destiny M, une internaute, évoque le sujet "Les femmes ont des poils aussi, c'est comme ça, le fait que cela soit jugé sale et pas esthétique, c'est juste n'importe quoi. Je suis d'origine hispanique et depuis que j'ai dix ans je passe un temps fou à m'épiler, au point que c'était devenu une obsession. Cet été j'ai décidé de faire un grand pied de nez à la société et d'arrêter de m'épiler les aisselles. Puis il y a deux mois je me suis dit 'et si je poussais les choses encore plus loin ?' et j'ai tout simplement coloré ces poils". Les colorer et les afficher c'est une façon pour elle de prouver que les femmes existent. Selon Kate Bellamy, une journaliste, cette coloration n'est pas la meilleure manière de lutter en faveur du féminisme. Elle considère d'ailleurs que d'autres actions peuvent être réalisées pour soutenir la cause.

Mais cela va encore plus loin. Il ne s'agit pas uniquement de colorer les poils mais aussi de les assortir avec la couleur des cheveux. Roxie Hunt, coiffeuse, l'a fait pour sa collègue. Ses poils et ses cheveux sont désormais bleus. Elle partage également les idées de Destiny M en ajoutant que la teinture ne blesse pas la peau et ne voit donc aucune raison pour ne pas y participer activement. Pourtant les femmes sont encore peu nombreuse à rejoindre le mouvement. Cependant les quelques photos publiées sont partagées. La tendance prend de l'ampleur et du terrain au fil des jours. Alors bientôt chez nous ?

— O Polvo (@revistaopolvo) 28 Novembre 2014

 

— CharlotteHirschfield (@fizz4eva) 30 Novembre 2014