Neuf anecdotes sur les élections américaines

Neuf anecdotes sur les élections américaines

Un président élu par 6% de la population. Le premier président américain, Georges Washington, a été élu en 1789. A cette époque, seul 6% de la population pouvait voter. Dans les 13 Etats fondateurs de l'Union, seuls les propriétaires de terres de plus de 21 ans pouvaient voter.

 

Le candidat qui reçoit le plus de voix n'est pas toujours élu. Quatre présidents américains ont accédé à la fonction suprême en ayant remporté moins de votes que leur adversaire. Le dernier exemple remonte à 2000, quand George bush l'avait emporté face à al Gore, au terme d'un long suspense. Le candidat républicain avait séduit le plus grand nombre d'électeurs. Mais les républicains avaient obtenu plus de grands électeurs.

Une fonction éreintante. C'est sans doute pour cela que Lyndon Johnson (en fonction de 1963 à 1969) cherchait à optimiser au mieux son temps. Il n'avait ainsi pas de problème à demander à ses interlocuteurs de le suivre aux toilettes, afin de poursuivre le conversation tout en faisant ce qu'il avait à faire.

Les gauchers réussissent bien dans ce scrutin. Au cours des 30 dernières années, cinq gauchers ont remporté l'élection présidentielle américaine : Barack Obama, Bill Clinton, George H. Bush, Ronald Reagan, et Gerald Ford.

Un libérateur d'esclaves. La question de l'esclavage a longtemps animé la vie politique américaine. Président de 1857 à 1861, James Buchanan achetait régulièrement quelques captifs dans les états esclavagistes pour leur rendre la liberté en Pennsylvanie, un état abolitioniste.

Un ancien acteur et un tailleur analphabète. Les Etats-Unis on

t eu des présidents que rien ne prédestinaient à la politique. En 1981, Ronald Reagan a accédé à la Maison blanche après avoir été un acteur à succès. En 1864, c'est un ancien tailleur qui n'avait appris à lire que sur le tard, Andrew Jonhson, qui accède à la fonction. L'homme était aussi connu pour être un dur : il vivait avec une balle de revolver coincée dans la poitrine, souvenir d'un duel tenu après une partie de poker.

Un président Teddy Bear. En 1903, Theodore Roosevelt participait à une chasse à l'ours. Après plusieurs jours perdus dans la nature, il revient bredouille. Pour le consoler, des chasseurs lui proposèrent d'abattre un ours captif. Choqué par cette idée, il fit libérer la bête. Cette scène donna l'idée à deux entrepreneurs de lancer le Teddy Bear, l'ourson de Teddy.

Lire aussi : Les idées les plus farfelues de Donald Trump avant les élections américaines

Vandalisme au Royaume-Uni. Les présidents ont toujours eu la chance de visiter de nombreux lieux historique. John Adams, le second président du pays, a profité d'une visite au royaume Uni pour découvrir la maison de Shakespeare. Probablement admiratif de l'auteur anglais, Adams a sorti son couteau et découpé un petit morceau de la chaise de l'illustre.

Des conventions mouvementées. Après les primaires des élections américaines, chaque parti investit son candidat. C'est la dernière étapes avant la campagne, puis l'élection. Il ne s'agit plus que d'une formalité, qui vient officialiser le résultat des primaires. Mais il n'en a pas toujours été ainsi. Les scrutins du 18 e et 19e siècle se tenaient jusque tard dans la nuit, parois dans des chambres d'hôtels enfumées. Le processus est devenu plus transparent, au propre et au figuré.