Natagora a lancé son opération annuelle de sauvetage des batraciens

Natagora a lancé son opération annuelle de sauvetage des batraciens

La douceur de l'hiver amène les batraciens à entamer leur migration dès maintenant. «Les températures nocturnes vont dépasser les 7°C et des averses sont prévues. Nous nous attendons donc à ce que les batraciens sortent de terre et se dirigent vers leurs sites de reproduction. La migration devrait ensuite se poursuivre jusqu'en avril, avec des périodes plus ou moins intenses selon les conditions météo», détaille Serge Tiquet, chargé de mission chez Natagora.

https://www.facebook.com/natagora/videos/224719555368385/?__xts__%5B0%5D=68.ARB3GErJxbL0MOjHdNBThk2avQT3YtfL716Gv3qZaMhez3S70PvXd9AS8g33b-WZ3AfLWpvHgIu1kjJTRl8ydQX0LC_zz378xgXRamwNeBotD2mzFDeqLXqb6eyououzMsKroaOuwuEpnvuKX_Grva3L_ucRsUlvjuvaE60hTpAcROnS_XmIyBj41EWVaixn8S30sEbIdzXbWQhwPmYmO7GDofGgoD-_ejxRJuG5PflSj9XXrA215PFriXvFU27tOW-gWE4ZqSTQwN8yzyxo4Ss45zzUV-c5DKu2ANDjWoDgV8OCsp8vnGvpuDCT40XJ0RyalP7DPI1WKZM5xoT8LKZSQjJ07s5n&__tn__=-R

 

Vitesse limitée

Les automobilistes sont une nouvelle fois invités à redoubler de vigilance et à limiter leur vitesse afin de préserver grenouilles et crapauds qui entament ces jours-ci leur périlleux voyage en direction de la mare qui les a vus naître, pointe Natagora.

Au-delà d'une vitesse de 30 km/h, poursuit Natagora, les animaux sont littéralement aspirés sous les véhicules. Hormis le risque de se faire simplement écraser, ils peuvent périr par cet effet d'aspiration, projetés contre les soubassements des véhicules.

Ph. F. Bailleux

Près de 100 sites

Les volontaires de l'ASBL vont s'activer sur plus de 100 sites en Wallonie et à Bruxelles jusqu'en avril pour permettre notamment aux crapauds et autres grenouilles de traverser les axes routiers sans encombre.

https://www.facebook.com/natagora/posts/10157969071083875?__xts__%5B0%5D=68.ARBQwccdXOfxbxZMIbeyanATUNKHNepDpxQKTNEh-5yeTG0cForxt686tcjwaqlIm_4lCV5vk6woK6HO1mpds17QQa7efnLiK3WA3Popz4Uv916labx-ZfTkYyAqMogOWg_I_qz9DuMozmjhJLG0v0DU2VjiWp92_4ToUAnX7HygKeM9o7reJ04n6TIn7owtxp-RLgJhczb9YhFmFJPUZgeIADG7W7EHDsX_SSLJ4RmE8Nb8pdNpJ2W06iuQ0mhNm1qLM3z-0YSqE7UhUJ8fYHKZYZflXrusXiom1DZJsac6yuWPX1NrVYHqCgfCB7gzdnfXwpxt0BaKTePAD1og&__tn__=-R

Il existe deux types de méthodes pour capturer les batraciens: soit les patrouilles les ramassent directement, soit les batraciens tombent dans des barrières et des seaux apposés le long des routes. Il ne reste alors plus qu'aux équipes de bénévoles à se relayer, matin et soir, pour porter les animaux recueillis de l'autre côté de la route où ils pourront poursuivre leur migration.

L'association environnementale estime que les volontaires sauvent plus de 50.000 batraciens chaque année.

https://www.facebook.com/natagora/posts/10157972223483875?__xts__%5B0%5D=68.ARCygkqBDp9IemRT_MQplrzmpgQdwRNdbdiMQidUZiF88Y1y8hWN5mKm-FyQ6OISxqhkeNv37-5DkHPdkPwIMybTmI3sXR8ZtNrwEnRLSQuhuEYhVocWgXPBYgCpnRf7KLGfjV8EFXFrE7I7Okna4zBxSBDB7yEv0VNlyBLh6zmsuEVsaeFjcY2IgtqBU5GDI1n0ByFiUCp_9d0OVd20FHsdqG8naA34d4TgVaSMdXAzivtCBcW9iZn2vZarkhAOJtSMIsbdPAck0gaZOUlAJ_Wi7sZo5V4dxgdLhxGZ3uJkyv0416Pg6JnPm8dj3Np9pBE8QsXR5Eanmiz739eq&__tn__=-R