Multimodalité à Bruxelles: il y a (beaucoup) mieux à faire

Multimodalité à Bruxelles: il y a (beaucoup) mieux à faire

«La région bruxelloise compte 34 gares et 65 km de voies. C'est plus que les voies de métro», constate Vincent de Wolf, le chef du groupe MR au Parlement bruxellois. Le réseau ferroviaire bruxellois est pourtant largement sous-utilisé, avec tout juste 3% des déplacements internes à la région capitale qui se font en train. «C'est d'autant plus dommage que ça peut être vraiment plus rapide», reprend l'élu libéral.

L'offre infra-urbaine de la SNCB souffre, en partie d'une méconnaissance de la part des usagers potentiels. «Il y a beaucoup à faire pour rendre cette offre plus simple à utiliser», estime Stéphane Obeid, l'un des auteurs de l'étude. Surtout, il déplore le manque de connexions entre les lignes du réseau Stib et la SNCB. 144 correspondances autour des 34 gares ont été passées au crible. Bilan: seul 47% des lignes Stib annoncent toutes les correspondances ferroviaires disponibles à un arrêt. «En arrivant à la gare de Bordet avec le tram 55, l'usager n'est informé de la connexion qu'avec certains bus. Et on ne lui dit rien des trains», reprend Stéphane Obeid. «C'est dommage, car cela pourrait inciter des gens à découvrir l'offre ferroviaire.»

Signalétique défaillante

L'étude du MR pointe également l'absence d'indications dans les stations Stib pour trouver la gare voisine. La députée MR Anne-Charlotte d'Ursel prend l'exemple de la station SNCB Mérode. «On y arrive via la station de métro. Mais une fois dans les tunnels, il est difficile de trouver une quelconque indication de la possibilité de prendre un train

L'étude note les 34 gares bruxelloises pour les interconnexions offertes et les différentes indications. Mérode, justement, se classe 28e, avec une note de 2,57 sur dix. La palme de la gare la plus mal connectée revient à la gare de Haren (0/10). L'arrêt aérodrome est à plus de 300 m, et il ne mentionne pas la proximité de la gare. Rejoindre la gare de Meiser (2,5/10) est tout aussi compliqué. Il y a bien un arrêt de tram juste à côté… mais il n'est plus desservi. «On peut faire mieux pour la mobilité, sans devoir investir des sommes folles», souligne Vincent De Wolf. Les 34 gares affichent une moyenne de 4,66/10.

L'arrêt Stib installé au dessus de la gare de Meiser n'est plus desservi, obligeant les voyageurs à utiliser l'arrêt précédant ou suivant.

Quelques bons points

À l'inverse, certaines gares favorisent l'interconnexion des moyens de mobilité alternatifs. Le tram 94 dessert et annonce correctement la gare de Boisfort. Juste à côté, on trouve une station Cambio, un parking, et un parking à vélo couvert. La gare, bien qu'en travaux, se classe ainsi 5e, avec une note de 7,69. Les gares les plus multimodales sont Uccle Calvoet (9,23) et Jette (8,08).

 

Sur base de cette enquête, le MR Bruxellois demande de s'assurer que les possibilités de connexion soient correctement annoncées dans les véhicules de la Stib. Il demande également que des afficheurs numériques annoncent les horaires en temps réel à la fois des véhicules Stib et SNCB. «On estime qu'on peut gagner 5 à 10% d'usagers dans les trains S rien qu'en améliorant les possibilités d'interconnexion et en le faisant savoir via la signalétique. C'est un gain important, pour des investissements très bas, puisque les infrastructures existent déjà», conclut Stéphane Obeid.

« Il faut faire des gares des nœuds multimodaux »

Belga / D. Waem

Pour résoudre les problèmes de mobilité à Bruxelles, le MR mise sur la multimodalité. «Il faut offrir différentes solutions, afin que chacun puisse choisir la solution qui lui convient le mieux», martèle le président du groupe MR au Parlement bruxellois, Vincent de Wolf. Pour y parvenir, il souhaite faire des gares de véritables nœuds multimodaux. «Il est important qu'il soit simple de rejoindre les réseaux Stib et De Lijn depuis chaque gare. Il faut également des parkings voitures, des parkings à vélos sécurisés, des stations Campio à proximité de chaque gare. Il faut pouvoir combiner les différents modes de transport en fonction des besoins.»

 

La Stib annonce un nouveau plan, avec les lignes S

«De manière générale, l'offre S de la SNCB (ou, plus généralement, l'offre de la SNCB tout court) est renseignée sur l'ensemble de nos médias», souligne la Stib, en réponse aux défaillances pointées par l'étude du MR. Les annonces de correspondances possibles sont ainsi systématiquement faites dans le métro. De façon plus globale, le réseau S est intégré à la recherche d'itinéraire disponible sur le site de la Stib, et les gares sont indiquées sur les plans. Enfin, un nouveau plan ‘pocket' (au format carte de crédit) est en cours d'impression. Il sera distribué via les points de vente Stib, et reprend le plan des principales lignes structurantes à Bruxelles: le métro, les lignes de tram Chrono 3, 4 et 7, et le réseau S.

Suivre @Camille_Goret