L'Inde ouvre sa vaccination à tous en pleine flambée épidémique

L'Inde ouvre sa vaccination à tous en pleine flambée épidémique

En première ligne de la pandémie avec le Brésil, l'Inde a répertorié samedi 401.993 nouvelles infections sur les dernières 24 heures, une première mondiale, a annoncé le ministère de la Santé.  Sur le seul mois d'avril, l'Inde, pays de 1,3 milliard d'habitants, a détecté environ sept millions de nouvelles infections.

Quelque 3.523 morts ont été enregistrées samedi sur la journée écoulée, portant le total à 211.853 décès. Nombre d'experts estiment toutefois que les chiffres réels sont beaucoup plus élevés.

Le programme indien de vaccination à très grande échelle semble déjà mis à mal.  Plusieurs Etats, dont le Maharashtra et New Delhi - parmi les plus touchés -, ont prévenu qu'ils étaient à court de vaccins et que le déploiement élargi de la campagne était menacé par des querelles administratives, une confusion sur les prix et des problèmes techniques sur la plateforme numérique de vaccination du gouvernement.

"Files tellement énormes"

Jusqu'à présent, environ 150 millions de vaccins ont été administrés, soit à 11,5% de la population, et à peine 25 millions d'habitants ont reçu leurs deux injections. "Les files d'attente ici sont tellement énormes", a déclaré Jayanti Vasant, dans un centre de vaccination très fréquenté de Bombay, "et les gens ne cessent de se battre".

A Delhi, une foule d'une centaine de personnes se pressait à l'extérieur d'un des rares hôpitaux proposant des vaccins pour les moins de 45 ans. "Tant de gens tombent malades (...). On veut juste être ici le plus tôt possible", a indiqué à l'AFP Aadya Mehta, 25 ans.

Au moins 16 malades du Covid-19 et deux infirmières sont décédés samedi dans l'incendie de l'hôpital de Bharuch, dans l'Etat occidental du Gujarat, frappant des milieux hospitaliers débordés par l'épidémie. L'aide médicale internationale, annoncée par plus de 40 pays, a commencé à arriver cette semaine en Inde, où les hôpitaux manquent cruellement de lits, d'oxygène et de médicaments.

Samedi, un avion transportant du matériel devait être chargé à l'aéroport français de Roissy, et un appareil militaire américain, transportant plus de 400 bouteilles d'oxygène et un million de tests de dépistage du coronavirus, a atterri vendredi à New Delhi. D'autres approvisionnements en provenance de nombreux pays sont attendus ces prochains jours.