Les rues commerçantes les plus chères du monde

Les rues commerçantes les plus chères du monde

La célèbre rue new-yorkaise avait ravi la première place à sa rivale Causeway Bay à Hong Kong en 2014, après deux ans de suprématie de l'artère asiatique. Les deux quartiers restent largement devant leurs concurrents, avec des loyers moyens respectifs de 29.065 $ au mètre carré pour New York (soit environ 27.000 €, au taux de change actuel) et 27.884 $ par mètre carré pour Hong Kong. Leurs valeurs locatives sont deux fois plus élevées que celles des autres rues principales partout ailleurs dans le monde, selon un communiqué diffusé mercredi par le cabinet à l'occasion du Mapic, salon de l'immobilier commercial qui se tient cette semaine à Cannes.

Un recul généralisé

Les deux villes enregistrent toutefois cette année un recul, les grandes marques internationales rationalisant leurs parcs de magasins au profit de leurs sites de vente en ligne.

Les Champs-Elysées de Paris conservent quant à eux leur troisième place mondiale et leur première au niveau européen, avec des loyers moyens de 13.255 dollars/m2 (environ 12.300 euros). Ce chiffre est stable par rapport à l'an dernier, malgré le recul du nombre de touristes et des paniers moyens dépensés sur la célèbre avenue parisienne, suite notamment aux attentats qui ont frappé la France.

La Rue Neuve et le Meir, les premières belges

Belga / L. Dieffembacq

La rue Neuve à Bruxelles et le Meir à Anvers restent les 2 artères commerçantes les plus chères de Belgique, avec un loyer moyen de 1.850 € par m2 par an, relève une étude du bureau immobilier Cushman & Wakefield.

L'avenue Louise, elle aussi à Bruxelles, qui rivalisait l'an passé avec les 2 autres rues, a dû cette fois céder du terrain. Le loyer y atteint 1.775 € par m2.

Selon Cushman & Wakefield, les principales artères commerçantes belges sont propices à l'ouverture de «flagship stores», ces magasins amiraux d'une marque. «Ces implantations très visibles, qui offrent une expérience, sont cruciales pour le succès d'un groupe», souligne le spécialiste du secteur selon lequel les attentats du 22 mars ont par ailleurs eu un impact indéniable sur le tourisme à Bruxelles. «Mais des signaux montrent que cet impact est en train de se réduire», poursuit le bureau.

Ce dernier pointe également la Veldstraat à Gand (1.375 € par m2 par an), la Hoogstraat à Hasselt (1.250 €), Vinâve d'Ile à Liège (1.125 €) et la Steenstraat à Bruges (1.100 €) parmi les rues les plus chères de Belgique.