Les humains seront-ils bientôt venimeux ?

Les humains seront-ils bientôt venimeux ?

Si la question semble incongrue, elle a attiré l'attention de chercheurs japonais et australiens. Dans une étude publiée ce 29 mars, ces chercheurs ont découvert qu'il existait un lien génétique entre les glandes salivaires des mammifères et les glandes venimeuses des serpents. L'homme a en effet la possibilité de produire naturellement de la kallicréine, une protéine secrétée dans la salive qui est considérée comme la base de nombreux venins. Nous avons cependant évolué différemment par rapport à nos amis les reptiles et nous n'avons pas développé cette capacité à produire du poison pour chasser ou nous défendre.

"De nombreux scientifiques supposaient que c'était le cas, mais c'est la première fois qu'on prouve que les glandes venimeuses ont évolué depuis les glandes salivaires", explique Agneesh Barua, à la base de l'étude.

Une utilité médicale

Il rassure cependant, il y a très peu de chances, voir aucune chance, que l'être humain ne développe un jour du venin. Pour cela, notre mode de vie, et notamment notre mode d'alimentation, devrait changer du tout au tout. Live Science rapporte en effet que les animaux qui ont développé du venin l'ont fait pour maîtriser leurs proies ou pour se défendre.

Selon Brian Fry, biochimiste à l'Université de Queensland, cette compréhension du fonctionnement des gènes se trouvant derrière la production du venin pourrait être utile à la médecine. Elle devrait notamment permettre de mieux comprendre certaines maladies humaines, comme le cancer, "qui provoque la maladie et la mort en grande partie parce que des tissus commencent à se développer de manière incontrôlable et à secréter des produits à des endroits du corps où il ne devrait pas", conclut Live Science.

Lire aussi: De quel animal viendra la prochaine pandémie ?