Le White Star menace de ne pas reprendre la compétition en janvier

Le White Star menace de ne pas reprendre la compétition en janvier

Ce sont en tout cas les mots utilisés par Michel Eylenbosch, qui assure ne pas comprendre la suspension dont fait l'objet le club de division 1 amateurs depuis vendredi.

John Bico, de retour à la formation bruxelloise après un passage à l'Antwerp, indique de son côté que le club est "sous le choc" depuis cette décision annoncée par l'Union Belge (URBSFA), qui a privé le White Star de compétition ce week-end, que ce soit au niveau de l'équipe première ou des jeunes. La rencontre de la 16e journée de D1 amateur face à Audenarde, prévue samedi, devant être enregistrée sous un score de forfait (défaite 0-5).

Au cœur du différent entre le White Star et l'UB: un paiement d'un peu plus de 6.000 € qui devait être effectué avant la fin de la journée de jeudi, sous peine de suspension (provisoire) de la compétition. Cette somme correspond à des frais de transport réclamés par un ancien joueur, Leandro Zorbo, et dont l'UB avait demandé cautionnement.

"Un acharnement"

Le White Star, échanges de mails et notification de virement à l'appui, assure avoir payé la somme due jeudi soir, et en avoir transmis les preuves à la fédération. John Bico, manager sportif, évoque "un exemple concret" de ce que le club "vit depuis 4 ans": un "acharnement" par rapport à une formation qui "symbolise l'anti-système", le "renouveau". "On attend des excuses de la fédération, au moins par rapport à l'école de jeunes et aux éducateurs", lance-t-il.

Le RWS indique qu'il projette d'intenter une action en justice dès mardi et qu'il espère un véritable examen des processus de prises de décision du côté de l'UB.