Le tatouage d'un jeune belge tourne au cauchemar

Le tatouage d'un jeune belge tourne au cauchemar

En 2009, le visage de Kimberly, une jeune courtraisienne de 21 ans, avait fait le tour du monde. La jeune femme avait affirmé qu'elle s'était endormie au salon de tatouage et qu'elle s'était réveillée avec 56 étoiles sur le visage. Six ans plus tard, les journaux du groupe Sudpresse dévoilent aujourd'hui une histoire qui risque d'à nouveau amuser les internautes du monde entier.

Didier Jacquemin est un jeune liégeois de 29 ans. Début janvier, il s'est rendu dans un salon de tatouage de Chênée avec une idée bien précise en tête. Il souhaitait se faire tatouer un magnifique paysage de forêt surmonté d'un envol d'oiseaux qu'il avait vu sur Internet. Mais rien ne s'est passé comme il l'avait imaginé.

Sans dessin ni calque, la tatoueuse s'est attaquée à l'avant-bras de Didier. Mais malheureusement pour lui, le résultat est bien loin du modèle qu'il avait apporté. Dans une publication sur Facebook, il écrit : "Sur un rendez-vous de 5h payées d'avance je n'ai eu droit qu'à 1h (entre les 268 pauses clopes, ses appels à son amoureux, etc.) et le résultat est: un sapin crevé digne d'un enfant épileptique en maternelle! Ais-je récupéré mon argent me demanderez-vous? Non! Cette merde je l'ai payé la bagatelle de 100€! Quand j'ai osé dire que le modèle et le résultat étaient légèrement différent, elle m'a rétorqué que "je ne comprenais pas son art" et que je n'étais plus le bienvenu..."

Didier raconte à Sudpresse : « J'avais choisi un motif très vivant, un envol d'oiseaux sur la forêt… À la place, je me retrouve avec des mouettes et un sapin crevé ! ». A la vue du résultat, on se dit que la nouvelle crème pour effacer les tatouages qui vient d'être inventée par un étudiant canadien pourrait être bien utile à ce jeune liégeois. Heureusement, Didier n'a pas perdu son sens de l'humour et il ne se laisse pas abattre par cette aventure comme le montrent ses nombreux messages sur Facebook.