Le retour des grandes et belles expositions

Le retour des grandes et belles expositions

Roy Lichtenstein grand maître du Pop Art

L'exposition rétrospective «Roy Lichtenstein: Visions multiples» peut enfin s'ouvrir au public, du 5 décembre au 18 avril, au BAM (Beaux-Arts Mons). Les responsables du musée ont, en effet, obtenu une prolongation des prêts d'œuvres consentis notamment par de grandes institutions internationales.

Après une spectaculaire trilogie consacrée à Niki de Saint-Phalle, Andy Warhol et Keith Haring, le BAM met cette fois en lumière l'une des grandes signatures mondiales du «Pop Art», Roy Lichtenstein (1923-1997) en l'occurrence. Cette exposition réunit une centaine d'œuvres (estampes, sculptures, tapisseries, bannières, collages...) parmi les plus emblématiques du projet artistique de Roy Lichtenstein, lui qui a laissé plus de 4.500 œuvres qui ont rejoint de nombreuses collections.

L'artiste a rencontré la célébrité par le biais de ses bandes dessinées humoristiques ("comics"), pour sa critique de la société de consommation et pour sa grande inventivité quand il s'agit de rendre l'univers de la publicité. Parmi ses thématiques récurrentes, on relève les objets, les figures féminines et, bien évidemment, la bande dessinée.

Les visiteurs seront amenés à découvrir, par ailleurs, une variété de techniques, souvent très surprenantes, réalisées sur des supports très divers comme l'émail, la céramique, le plexiglas, ou encore le Rowlux (film plastique qui semble bouger quand on passe devant). Innovateur et expérimentateur, Roy Lichtenstein n'hésitera pas à mixer les techniques et les matériaux.

L'exposition, dont le commissaire n'est autre que Gianni Mercurio, grand spécialiste de l'œuvre de l'artiste américain, souligne aussi l'alchimie qui peut se produire entre des éléments de cultures fort diverses susceptibles de se rejoindre. Grâce à sa touche «Pop» très personnelle, l'artiste parvient à réaliser ce projet par le truchement d'un étroit dialogue entre les multiples recherches menées autour des procédés de reproduction mécanique et des thématiques répétitives. Quoi qu'il en soit, les visiteurs seront frappés, non seulement par la force picturale de Lichtenstein, mais aussi par sa rigueur intellectuelle.

L'art de Roy Lichtenstein a attiré et influencé des générations de créateurs, de la peinture à la publicité, en passant par la photographie, le design et la mode. Cette exposition confirme la démarche du BAM qui entend être un acteur engagé dans le questionnement des stéréotypes les plus populaires de la société contemporaine.

Le musée Hergé vous attend

Belga / Eric Lalmand

Le Musée Hergé à Louvain-la-Neuve rouvre ses portes aujourd'hui. L'exposition temporaire «En Amérique avec Tintin», qui devait s'ouvrir le 31 octobre, sera accessible. Le public pourra y découvrir des planches originales de l'album «Tintin en Amérique» jamais exposées, divers documents, des photos, des vidéos et animations...

Comme d'autres institutions culturelles, le musée néo-louvaniste avait fermé ses portes fin octobre en raison de la deuxième vague de coronavirus. L'espace consacré au créateur de Tintin adapte toutefois ses horaires. En décembre, il ne sera accessible que le vendredi, samedi et dimanche, sauf les deux dernières semaines, celles des vacances scolaires.

Durant cette période, il ne fermera que les lundis et les deux jours fériés (25 décembre et 1er janvier). L'exposition temporaire consacrée à l'Amérique s'inscrit dans le cadre de la sortie d'une version colorisée de «Tintin en Amérique». En 1931 et 1932, les 120 planches en noir et blanc de ce troisième album ont été publiées en feuilleton dans le supplément pour la jeunesse du quotidien belge «Le XXe Siècle» avant d'être éditées en album en 1932 par les «Éditions du Petit Vingtième». L'album a ensuite été remanié en 1942 pour sa mise en couleurs en 1946.

Le retour de "Be Modern" et "Art Cares Covid"

Evelyn Axell, Conversation, © MRBAB - J. Geleyns

Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique à Bruxelles qui, comme toutes les institutions muséales, avaient dû fermer leurs portes au public fin octobre ont rouvert leurs expositions temporaires "Be Modern" et "Art Cares Covid" toutes deux consacrées à l'Art moderne et contemporain.

« Be Modern », sur le thème « De Paul Klee (1879-1940) à Luc Tuymans (né en 1958) », propose une sélection de quelque 150 toiles, oeuvres sur papier, sculptures, installations et vidéos réalisées par des artistes belges et internationaux de renom qui retracent l'histoire moderne des Arts visuels avec, comme fil conducteur, leur soif de liberté et d'expérimentation.

En plus de cet éclairage nouveau sur la collection du musée, un volet complémentaire est présenté au Patio-2 pour mettre en lumière le bouleversement esthétique apporté par le courant minimaliste américain et cela grâce à des prêts, provenant de collections privées, de trois oeuvres exceptionnelles de Frank Stella. D'autre part, les récentes acquisitions du musée sont exposées au niveau -3, certaines pour la première fois. Relevons ici les oeuvres de Georges Meurant, Chéri Samba, Agnès Guillaume, Rinus van de Velde ou encore Emmanuel Van der Auwera.

Avec "Art Cares Covid" les MRBAB s'associent au secteur des Arts plastiques particulièrement touché par la crise sanitaire. Un groupe d'artistes, de diverses générations, mais tous basés en Belgique, s'est constitué à travers une plate-forme virtuelle. Il y a ici une sélection d'oeuvres de plus de quarante créateurs.

Les MRBAB sont accessibles, avec une réservation souhaitée et une jauge horaire avec des quotas, du mardi au vendredi de 10h à 17h ainsi que le samedi et le dimanche de 11h à 18h.

Des expos en ordre de marche

John Baldessari, Beethoven's Trumpet (with Ear) Opus # 133. Photo: Timo Ohler

Le Palais des Beaux-Arts à Bruxelles a rouvert ce 1er décembre les trois expositions qui étaient en cours avant sa fermeture. Bozar propose ainsi à nouveau au public les expositions "Danser brut", "Hotel Beethoven" (photo) et "Philippe Vandenberg. Molenbeek" ainsi qu'une nouvelle exposition: "Facing Van Eyck. The Miracle of Detail".

Les protocoles sanitaires existants restent en vigueur. « Si la baisse des chiffres quotidiens de la propagation du coronavirus est encourageante, nous sommes tout à fait conscients que la situation exige toujours une extrême vigilance", a communiqué le musée.

Le Musée Magritte a également rouvert ses portes, tandis que lesfans de vieilles voitures peuvent également se rendre à nouveau à l'Autoworld au Parc du Cinquantenaire où l'exposition "Mazda 100 years" est prolongée jusqu'en janvier tandis que l'exposition "Skoda 125 years" débutera le 18 décembre.