Le président du Vlaams Belang exhibe un pepperspray, arme illégale en Belgique, sur un plateau TV

Le président du Vlaams Belang exhibe un pepperspray, arme illégale en Belgique, sur un plateau TV

Le leader de l'extrême droite flamande a exhibé cette bombe de spray au poivre en réaction aux poursuites visant des membres du groupe Schild & Vrienden, parmi lesquels le député de son parti Dries Van Langenhove, pour racisme et infraction à la législation sur les armes.

«S'il s'agit de possession illégale d'armes, vous devriez condamner de nombreuses personnes», a-t-il lancé en exhibant la petite bonbonne et appelant à sa légalisation.

Neuf membres de Schild & Vrienden poursuivis

Cinq autres membres de Schild & Vrienden poursuivis ont également des liens avec le Vlaams Belang. Tom Van Grieken a estimé que les propos racistes tenus l'étaient dans un cadre privé. «En tant qu'employeur, vous ne pouvez pas agir contre cela», a-t-il déclaré.

Le parquet de Flandre orientale requiert la poursuite de neuf membres du groupe étudiant d'extrême droite Schild & Vrienden pour violation de la loi antiracisme et aussi, pour certains, négationnisme, rapportait De Morgen vendredi. Le leader du groupe et député Vlaams Belang Dries Van Langenhove est quant à lui soupçonné d'incitation à la haine et de vente d'arme prohibée.

De plus en plus d'armes au sein de l'extrême droite

Depuis plusieurs années déjà, la Sûreté de l'État constate une tendance à l'armement au sein de l'extrême droite, tantôt illégalement, tantôt légalement. Dans certains cas plus extrêmes, des militants se rendent également à l'étranger pour assister à des séances d'entraînement (d'inspiration idéologique ou non) avec des armes à feu», soulignait un rapport de la Sûreté publié en juillet dernier, dans citer explicitement le nom d'organisations particulières.

Lire aussi : « La Flandre risque de devenir ingouvernable » : De Wever plaide pour un bloc de centre-droit au nord du pays