Le MIT développe un appareil pour pirater et contrôler les rêves

Le MIT développe un appareil pour pirater et contrôler les rêves

Nous passons un tiers de notre vie à dormir. Consolidation de la mémoire, génération de visons créatives, régulation des émotions… autant d'activités qui dépendent de notre sommeil. Or, à l'heure actuelle, aucune technologie ne nous permet d'avoir accès aux processus de cognition si particuliers qui se produisent durant nos rêves.

Un appareil à la pointe de la technologie, développé par le Dream Lab du MIT, permettrait d'avoir accès à notre inconscient, d'interagir avec nos rêves. Grâce à ces interactions, il pourrait doper la créativité des individus.

Les idées créatives sont inhibées lorsque nous sommes éveillés

« Dans ce projet, nous explorons des moyens d'augmenter la créativité humaine en étendant, en influençant et en capturant les rêves dans la première phase du sommeil », explique le MIT.

Cette durant cette première phase de sommeil, soit entre l'éveil et l'inconscience, que se produisent tant d'associations d'idées créatives. Cette « incubation créative » se produit grâce à l'absence de contrôle exécutif de la cognition et d'attention dirigée.

MIT Media Lab / Oscar Rosello

« L'attention comporte des filtres et des censeurs qui inhibent certaines idées créatives, que notre conscience juge trop atypiques », développent les chercheurs. « Si l'on pouvait contrôler les rêves, le sommeil offrirait donc une opportunité pour stimuler ces pensées créatives en l'absence d'attention dirigée et de contrôle cognitif. »

Comme Dalí, Edison, Tesla et Poe

Cette fenêtre d'opportunité se présente sous la forme d'hypnagogie, un état de sommeil semi-lucide où nous rêvons sans être complètement inconscients. « L'hypnagogie se caractérise par une imprévisibilité phénoménologique, une perception déformée de l'espace et du temps, et une association d'idées spontanée et fluide. Pour capturer des idées créatives, Edison, Tesla, Poe et Dalí ont chacun accédé à cet état », illustre le MIT.

Le dispositif développé par le Dream Lab pour accéder à ces idées créatives est baptisé Dormio. Des expérimentations du prototype ont déjà été menées auprès de cinquante volontaires. « Nous sommes capables d'influencer, d'extraire des informations et d'étendre ces micro-rêves hypnagogiques », annoncent les scientifiques.

Influencer le contenu des rêves

Ce dispositif se présente sous la forme d'un gant. Il permet de suivre le sommeil de l'individu, d'identifier et de signaler les états de transition (hypnagogie). Les chercheurs envoient alors des signaux audio, des simples mots comme « fourchette » ou « lapin ». « Nous avons découvert que tous nos sujets rêvaient effectivement de thèmes choisis par les expérimentateurs avant leur sommeil », se réjouissent les scientifiques.

Dans un état de léger réveil, une conversation sur le contenu des rêves est lancée avec un robot social. Celle-ci est enregistrée « afin que les gens n'oublient pas leurs idées utiles ».

L'exploitation de l'hypnagogie avec le système Dormio permet ainsi « d'augmenter la créativité humaine, qui est mesurée par la flexibilité, la fluidité, l'élaboration et l'originalité de la pensée. »

Des perspectives prometteuses

Si les rêves demeurent un des plus grands mystères de l'être humain, ce système permettra sans aucun doute de nouvelles recherches prometteuses pour comprendre notre sommeil et nos différents états d'esprit durant celui-ci.

Des éléments essentiels pour comprendre à leur tour la mémoire, l'apprentissage et la créativité.