Le hérisson, un petit roi de pique à qui il faut laisser une place dans son jardin

Le hérisson, un petit roi de pique à qui il faut laisser une place dans son jardin

Le hérisson contribue à éliminer bon nombre d'animaux considérés comme nuisibles, ce qui en fait un précieux auxiliaire des jardiniers. Cependant, pas question d'adopter un hérisson. Il s'agit d'une espèce protégée qu'il est donc interdit de capturer, de transporter, d'acheter ou de vendre. D'autant que, capturer un hérisson adulte, c'est risquer d'abandonner et de laisser mourir quelques orphelins ! Et le jardin qu'on lui offrirait risquerait fort de se révéler trop petit pour cet animal qui a besoin de plusieurs hectares pour vivre. La seule possibilité est donc d'attendre sa venue en rendant son jardin accueillant.

Un gourmand visiteur

Le hérisson visite fréquemment nos parcs et jardins. Petit animal solitaire, on peut l'observer à la tombée de la nuit, lorsqu'il part à la recherche de sa nourriture. Il consomme un grand nombre de proies : coléoptères, perce-oreilles, mille-pattes, araignées, chenilles, limaces, escargots, vers de terre, et même à l'occasion, des grenouilles, des lézards, de jeunes rongeurs, des oisillons, des oeufs, des cadavres, des fruits et des champignons.

Durant la journée, il se repose caché au milieu d'un tas de feuilles mortes, à l'abri d'un buisson ou dans le creux d'un vieux mur. Dès que la température descend sous la barre des 10°C, le hérisson entre en hibernation. Pour ce faire, il s'aménage un nid à l'abri d'un tas de bois, d'une haie, ou même d'un abri artificiel qui aura été installé pour lui.

Ph. Jean-Marie Winants

Le dos de l'animal ne dispose en effet pas d'isolation naturelle ; c'est pourquoi il amoncelle dans le gîte hivernal des feuilles, des herbes et mousses, voire des ficelles, tissus ou plastiques, avant de se tourner sur lui-même dans la boule d'environ 50 centimètres de diamètre ainsi formée pour y creuser sa chambre. Outre cet abri isolé, le hérisson sort une autre carte de sa manche pour éviter les pertes énergétiques : il passe « en mode veille » et ne consomme plus qu'un à deux pour cent de l'énergie nécessaire en période d'activité. Son truc : baisser sa température jusqu'à 4 °C et ralentir son rythme cardiaque à 5 pulsations par minute. La respiration aussi est ralentie et comprend même des phases d'apnée durant jusqu'à deux heures et demie !

De nombreux gîtes pour l'hiver

Cependant, la multiplication des gîtes hivernaux semble être la règle, d'après une étude menée à Londres : sur 167 nids suivis, seuls deux ont été occupés tout l'hiver par le même individu. C'est assez méconnu, mais l'animal ne reste pas en léthargie durant toute l'hibernation et peut mettre à profit ces réveils pour se déplacer vers un nouveau nid en cas de diminution de la qualité isolante de celui qu'il occupe. Est-ce là la raison de ces réveils réguliers ? Il n'est donc pas impossible d'observer un hérisson, ou ses empreintes, dans la neige ! Le nombre de déménagements doit toutefois être limité pour que les pertes de poids successives (l'énergie est stockée sous forme de graisse) ne viennent à bout des réserves accumulées avant l'hiver. C'est d'ailleurs pour cette même raison que les dérangements répétés peuvent lui être fatals, surtout pour les jeunes individus passant leur premier hiver. Il se réveillera pour de bon vers le mois d'avril.

Ph. Damien Sevrin

Voici quelques conseils pour rendre le jardin accueillant pour le hérisson. En premier lieu, pensez à ménager quelques ouvertures dans les clôtures ou les murs (un espace de 10 cm est suffisant) : ceci lui permettra de se déplacer entre plusieurs jardins. Quelques haies et buissons, un tas de bois, un tas de feuilles mortes ou de foin seront appréciés. On peut également placer un abri artificiel constitué d'une caisse en bois remplie d'herbes sèches, placée à l'envers sous un buisson. L'abri doit être ombragé car le hérisson supporte mal la chaleur.

Pour éviter les noyades dans les mares et piscines, placez une planche rugueuse sur les bords afin qu'il puisse ressortir facilement. Et bien sûr, renoncez à utiliser des produits chimiques et des anti-limaces car vous risqueriez d'empoisonner cet animal fragile. Enfin, ne dérangez jamais un hérisson durant son hibernation ! N'oubliez pas, cependant, qu'il peut se réveiller plusieurs fois durant l'hiver. Si néanmoins vous avez des doutes sur sa survie, prenez conseil auprès du Centre de Revalidation (CROH ou CREAVES) le plus proche.

Plus de conseils pour un jardin nature sur natagora.be/reseaunature