Le gouvernement veut maintenir ses perspectives d'assouplissements coûte que coûte

Le gouvernement veut maintenir ses perspectives d'assouplissements coûte que coûte

«Notre pays est sur un plateau ascendant», a expliqué le chef du gouvernement en réponse aux questions des députés. Les modèles scientifiques prévoyaient une augmentation des hospitalisations et ensuite une diminution mais l'augmentation, attendue fin mars, se produit plus tôt que prévu. Le gouvernement s'inquiète particulièrement de la croissance des cas chez les moins de 20 ans qui mène de facto à celle des hospitalisations chez leurs parents.

«Dans les prochains jours, nous devons être particulièrement prudents», a souligné M. De Croo. Le comité de concertation prévu le vendredi 26 mars aura finalement lieu ce vendredi. Les chiffres sont à l'étude. Un comité ministériel restreint fédéral doit se réunir en fin de journée.

Ne pas céder à l'émotion

«Ce sont les chiffres qui doivent nous aider à prendre des décisions et non les émotions ou la panique», a ajouté M. De Croo. Les lieux où le nombre de foyers de contamination inquiète sont les entreprises et les écoles. Le Premier ministre et le ministre de l'Emploi ont rencontré mardi les employeurs pour leur rappeler que le télétravail était la règle. Le cadre réglementaire sera par ailleurs adapté de manière à permettre de tester plus facilement dans les entreprises et à développer les autotests, a indiqué M. Vandenbroucke.

Aux yeux du ministre de la Santé, il faudra aussi fournir un effort particulier de mobilisation. Les données disponibles montrent que dans les provinces de Hainaut et de Liège, très peu de personnes se font tester.