Le CSA refuse de communiquer sa décision sur RTL

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) doit-il une nouvelle fois tenter d'imposer son autorité à RTL Belgium? Ce jeudi, son Collège d'autorisation et de contrôle (CAC), c'est-à-dire son organe décisionnel, a longtemps débattu de la question. Il a pris une décision, qu'il a cependant choisi de ne pas communiquer, à ce stade du moins. Depuis 2010, le litige qui oppose l'autorité de régulation du secteur audiovisuel en Fédération Wallonie-Bruxelles au principal groupe audiovisuel privé actif sur son territoire est larvé: à la suite d'un arrêt défavorable du Conseil d'Etat, le CSA avait accepté de transférer systématiquement au Luxembourg les plaintes concernant RTL-TVI, Club RTL, Plug TV ou les services de vidéos à la demande de RTL Belgium. "Sans aucune reconnaissance préjudiciable d'abandon de compétence", précisait-il chaque fois, laissant entendre qu'il pourrait un jour reprendre la main sur ces chaînes.

Mercredi, le président du CSA, Dominique Vosters, a confirmé que ce jour était peut-être venu, si le CAC en décidait ainsi lors d'une réunion hypersensible qui a eu lieu ce jeudi matin. "Nous avons bien pris une décision mais nous ne souhaitons pas communiquer", s'est-il cependant contenté d'annoncer à l'issue de cette réunion. "On a convenu de laisser toute la communication au président. La réunion n'était pas si tendue que ça, mais on préfère ne rien en dire pour le moment", a appuyé un membre du CAC. "C'est frustrant pour tout le monde. Mais le CAC ne devrait rien officialiser avant la fin des vacances, si sa décision n'est pas ébruitée d'ici là", a ajouté ce membre.

Le Collège se serait-il entendu pour que le CSA traite lui-même les plaintes, sans rien en dire avant la réception de la prochaine ou avant que l'une ne débouche sur une instruction? Ce jeudi après-midi, personne ne voulait le confirmer.

Source: Belga