Le Canada va abroger une loi discriminatoire interdisant la sodomie avant 18 ans

Le Canada va abroger une loi discriminatoire interdisant la sodomie avant 18 ans

L'article 159 du Code criminel canadien stipule que "quiconque a des relations sexuelles anales avec une autre personne" est passible d'une peine d'emprisonnement de dix ans, à moins qu'il s'agisse de relations consensuelles entre "époux" ou "deux personnes âgées d'au moins dix-huit ans". L'âge du consentement sexuel est de 16 ans au Canada.

Une société en évolution

"L'article 159 pénalise injustement les relations sexuelles dans certaines circonstances. Notre société à évolué dans les dernières décennies et notre système de justice pénale doit également le faire", a déclaré la ministre de la Justice, Jodi Wilson-Raybould. "Il est temps que l'article soit abrogé", a-t-elle lancé en annonçant un projet de loi en ce sens en présence de représentants de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres).

Plusieurs inculpations de mineurs

L'organisation représentant la communauté, Egale, soutenait dans un rapport récent que quelques dizaines de personnes, dont des mineurs, auraient été inculpées en vertu de la loi au Canada ces dernières années, même dans des provinces où cette dernière a été invalidée par des tribunaux.

Les adeptes du sexe collectif dénonçaient également cette loi qui réprimait les relations anales "dans un endroit public" ou quand "plus de deux personnes y prennent part ou y assistent".

Nomination d'un conseiller spécial

Le Premier ministre Justin Trudeau a par ailleurs nommé mardi un conseiller spécial sur les enjeux liés à la communauté LGBT. Le député libéral Randy Boissonnault, ouvertement gay, doit élaborer et coordonner un programme du gouvernement sur les enjeux liés à la communauté LGBT.

Le Premier ministre Justin Trudeau est devenu cet été le premier chef de gouvernement d'un pays du G7 à participer aux traditionnels défilés de la fierté homosexuelle.