L'armée sénégalaise est entrée en Gambie

L'armée sénégalaise est entrée en Gambie

«Ils sont entrés cet après-midi», a déclaré le porte-parole de l'armée sénégalaise, le colonel Abdoul Ndiaye, interrogé sur la question de savoir si les militaires sénégalais avaient déjà franchi la frontière. Les soldats sénégalais ont pénétré en territoire gambien «de partout», a ajouté le colonel Ndiaye.

Des coups de feu étaient entendus jeudi après-midi en Casamance, dans le sud du Sénégal, en provenance de plusieurs villages proches de la frontière gambienne, selon un correspondant de l'AFP.

Des accrochages ont également eu lieu entre des soldats sénégalais et des rebelles présumés du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) dans d'autres villages de la région, ont indiqué des témoins. Le MFDC, qui se bat depuis 1982 pour l'indépendance de la Casamance est réputé favorable au régime du président Jammeh.

Prestation de serment

Le début des opérations militaires en Gambie a été annoncé peu après la fin de la prestation de serment à l'ambassade de Gambie à Dakar du nouveau président gambien Adama Barrow, et le vote unanime du Conseil de sécurité de l'ONU appuyant les initiatives de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao). La Cédéao (15 Etats), qui presse M. Jammeh de quitter le pouvoir, avait prévenu à plusieurs reprises qu'elle pourrait avoir recours à la force en dernier ressort.

Le Sénégal est appuyé dans les opérations militaires en Gambie par le Nigeria, pays de poids et puissance régionale, qui avait annoncé auparavant que son aviation effectuait jeudi après-midi des vols de reconnaissance au-dessus de Banjul, se disant prêt à imposer la volonté de la Cédéao.

Le Ghana a également annoncé avoir mis 205 militaires à la disposition de la Cédéao.

Yahya Jammeh dirige sans partage depuis 1994 la Gambie, petit pays anglophone d'Afrique de l'Ouest de moins de deux millions d'habitants, enclavé dans le Sénégal à l'exception de sa façade atlantique.