La pub s'engage pour des campagnes moins genrées

La pub s'engage pour des campagnes moins genrées

La publicité peine parfois à renvoyer une image exacte de la société et de ses nuances. Une enquête du CSA a ainsi mis en évidence que les personnages de publicité se voient largement assigner une place, une fonction, un rôle différent selon qu'ils sont hommes ou femmes. « Les personnages féminins sont en outre deux fois plus associés à des stéréotypes de genre que les personnages masculins », note également l'enquête. Celle-ci souligne encore le peu de diversité dans les représentations de la féminité et de la masculinité : la majorité des personnages sont blancs, de corpulence mince, hétérosexuel et de moins de 35 ans.

L'UBA publie donc une charte afin de favoriser la diversité et l'inclusion dans la publicité. Ces recommandations, accompagnées d'exemples, doivent insuffler plus de diversité dans les campagnes de communication. Il est notamment recommandé de créer des campagnes générales où les groupes minorisés se sentent concernés. Il est également conseillé de soumettre les campagnes à un public test représentatif de la société.

La charte « Unstereotype Communication » souligne que la réflexion sur les enjeux sociaux et éthiques du message publicitaire n'est pas incompatible avec des impératifs d'ordre commerciaux et stratégiques. L'UBA rappelle à ses membres que « les entreprises et les marques peuvent retirer un bénéfice d'une représentation équilibrée des genres et de la diversité de la société dans le récit publicitaire. »

Pour le CSA, il était primordial que l'industrie publicitaire prenne conscience des représentations qu'elle diffuse, et ainsi du rôle qu'elle joue auprès du public. L'organe de contrôle du secteur audiovisuel se félicite de dialogue constructif qui a été mis en place afin de résoudre les points identifiés comme problématiques.