La fasciothérapie comme pratique pour effacer la douleur

La fasciothérapie comme pratique pour effacer la douleur

Il y a encore une vingtaine d'années, les fascias ne représentaient qu'une membrane blanchâtre ennuyant beaucoup les chirurgiens qui devaient couper dedans avant d'atteindre le noble organe. On sait aujourd'hui que les fascias -en réalité « le » fascia car cette membrane ne fait qu'une de la tête aux pieds- sont très sensibles au stress d'origine émotionnel. Il « encaisse » les chocs et garde en lui des blocages qui peuvent se traduire de mille et une façons comme par exemple une tendinite, une douleur au dos ou au niveau de la cage thoracique, des rhumatismes ou encore un système digestif trop lent. Les fascias s'immiscent jusque dans le cerveau et la moelle épinière et un blocage dans le bas de votre corps peut causer des douleurs dans le haut de celui-ci (et même une migraine).

Un miracle pour mon dos

Pour ma part, je suis allée voir un des spécialistes de fasciathérapie, Claude Hubert, pour des problèmes de dos. Sans vous imposer tout l'historique, cela fait des années que je souffre des lombaires et après une opération pour une hernie discale et de nombreux passages chez des spécialistes divers et variés, j'ai toujours régulièrement des blocages. C'est important de le préciser parce que dès ma première visite, les douleurs ont disparu et ne sont pas revenues (pas encore ?) à l'heure d'écrire ces lignes, trois mois plus tard. Un miracle ! Une vraie découverte que je me devais de partager avec vous donc, qui avez des douleurs étranges et chroniques, qui vont et viennent sans logique.

L'homme qui parle aux fascias

Claude Hubert est fasciathérapeute mais est également spécialisé en shiatsu. Il mélange d'ailleurs les deux techniques, qui sont très complémentaires, pour créer une méthode inédite : « J'associe le mouvement du Qi du shiatsu qui agit au niveau de la circulation des énergies, au mouvement interne des fascias, tous deux étant situés au même niveau, celui du tissu conjonctif ». Concrètement, lors d'une séance d'une heure où vous êtes allongé sur le dos, le thérapeute vient appuyer légèrement sur les fascias pour les faire bouger, pour les réveiller, afin qu'ils relâchent leurs tensions. Le shiatsu vient renforcer l'action, Claude Hubert appuyant également sur des points reliés à tel ou tel organe : « Je décoince les blocages émotionnels et fais circuler les énergies stagnantes », explique-t-il, insistant sur le fait qu'un fascia sain est un fascia qui bouge, un peu d'exercice physique léger au quotidien peut d'ailleurs vous aider à garder vos fascias bien élastiques et réactifs.

Mémoire de la douleur

Les recherches scientifiques récentes démontrent aussi que les fascias peuvent se contracter indépendamment des muscles et qu'ils renferment plus de récepteurs de la douleur que les muscles ou les articulations. Ils envoient continuellement des signaux au cerveau et comme ils mémorisent tout ce que nous vivons, ils peuvent envoyer également des signaux de douleur qui ne sont en fait que des ‘mémoires de la douleur'. La cause de la douleur peut donc être absente, mais le signal bien présent. Et en une séance, le fascia se remet à jour. Quand je vous disais que c'était magique !

Un brin de psychologie

Claude Hubert se définit également comme somato-psychopédagogue. C'està-dire que durant la séance, il va vous demander de parler de ce que vous ressentez. La façon dont vos fascias bougent en dit long sur vos émotions et votre personnalité. De manière générale, trois ou quatre séances sont conseillées pour bien remettre en route la machine. Vous devriez alors ressentir une sensation globale d'un corps unifié : « Habiter son corps à 100 % permet aussi de mieux habiter sa vie », explique le thérapeute qui affirme que beaucoup de ses patients ont ressenti une diminution de leurs douleurs physiques mais aussi, qu'ils ou elles ont remarqué souvent des déblocages divers concrets dans leur quotidien (travail, épanouissement, amour…). La cerise sur le gâteau !