Julien éliminé de "Top Chef" : « À la fin, on a juste envie de rentrer à la maison »

Julien éliminé de "Top Chef" : « À la fin, on a juste envie de rentrer à la maison »

Être éliminé aux portes de la finale, ce n'est pas trop rageant?

«Pas du tout. J'étais juste content de terminer le concours. C'est vrai que j'avais des chances d'aller plus loin mais je pars sans aucun regret.»

Vous vous imaginiez aller aussi loin dans la compétition?

«Je savais que j'avais les capacités pour pouvoir aller loin. Mais ma participation part d'un pari avec un collègue donc j'y suis allé dans le but de m'amuser et de passer un peu de temps en dehors de la cuisine, de mon quotidien, changer un peu du métro-boulot-dodo.»

Qu'est-ce que votre participation à « Top Chef » vous a apporté?

«Pour l'instant, pas grand-chose. Je suis toujours dans le même restaurant, où j'ai carte blanche. Il y a pas mal de projets de transformation du restaurant qui devraient se concrétiser. Sinon, je pourrais participer à d'autres émissions mais je refuse parce que j'ai déjà du boulot. J'ai les pieds sur terre et je suis bien où je suis, on compte sur moi.»

Comment avez-vous vécu l'émission, les caméras, les journalistes, etc?

«Au début, c'est assez compliqué à appréhender. Il y a le stress, le fait de rencontrer les chefs, les 50 personnes qui vous entourent pendant le tournage, on ne connaît pas les cuisines, etc. Mais une fois qu'on s'adapte au matériel, et qu'on a tourné deux ou trois fois dans les cuisines de ‘Top Chef', on se sent comme à la maison.»

Vous vous reconnaissez dans les images que vous avez vues à la télé?

«Oui, ils ont été sympas avec moi. Il y a quelques passages où je ne suis pas très sympa mais ils sont peu nombreux. Sinon, ils ont montré le principal, le fait que je m'amuse.»

Vous avez tenu 12 semaines. Ça a été long pour vous?

«Oui, ça a été long. Au bout d'un certain temps, on a juste envie de rentrer à la maison, retrouver sa famille et sa petite vie normale. Sur la fin, ça devient fatigant parce qu'on cuisine tous les jours. Au début, j'ai gagné beaucoup d'épreuves directement, pas de deuxième épreuve qualificative, ni de dernière chance, donc j'avais pas mal de jours de repos. Mais quand on est plus que cinq ou six, ça s'enchaîne et ça devient compliqué.»

Quelle a été l'épreuve la plus difficile pour vous?

«Je n'ai pas vraiment trouvé une épreuve plus difficile qu'une autre, mais je dirais la dernière, celle de la gaufre. Je n'aurais pas dû laisser les chefs choisir mon épreuve à imposer.»

Quel est votre plus beau souvenir de l'émission?

«Il y a beaucoup d'épreuves que j'ai bien aimées, comme celle de la boîte noire. Mais il y a quelque chose qui restera intemporel, en dehors de l'émission, c'est le fait d'être rentré dans le cercle très fermé du Yam, le magazine de Yannick Alléno.»

Votre cuisine a-t-elle évolué durant le concours?

«Oui, dans le sens que l'émission m'a permis d'oser travailler certains produits que je ne soupçonnais pas pouvoir travailler, comme le boudin noir ou le jambon. Maintenant, c'est à moi de continuer à faire évoluer ma cuisine et oser proposer certains produits à mes clients.»

Que pensez-vous du buzz qu'il y a eu autour de Maximilien, l'autre candidat belge de Top Chef?

«Je n'en pense rien de spécial. Je suis très content pour lui. Et je suis même content que les médias se soient plus intéressés à lui qu'à moi. Pour moi, l'émission a révélé ma cuisine, pour lui, l'émission a révélé son côté excentrique. Mais c'est un très bon cuisinier, il n'a pas une étoile pour rien. Personnellement, je n'aime pas spécialement la médiatisation. Je n'ai pas envie de participer à tout et n'importe quoi au niveau de la télévision et de faire le singe à gauche et à droite. J'aime mon métier, je veux continuer à être dans ma cuisine et que les gens viennent pour ma cuisine et pas parce que j'ai fait ‘Top Chef'.»

Qui voyez-vous gagner «Top Chef»?

«J'ai plus d'affinités avec Jérémie. C'est quelqu'un qui, durant toute la durée du concours, n'a pas changé. C'est quelqu'un de simple, qui ne se prend pas trop la tête. Après, Franck a aussi les capacités pour gagner le concours, il est très fort. Mais si je devais donner le choix du cœur, ce serait Jérémie.»