Jugées "impures", des femmes secouristes chassées d'un ring de sumo au Japon

Jugées "impures", des femmes secouristes chassées d'un ring de sumo au Japon

L'incident s'est déroulé mercredi à Maizuru, dans la région de Kyoto (ouest) quand le maire de la ville s'est effondré en plein discours. Alors que plusieurs femmes se précipitaient pour lui faire un massage cardiaque, un arbitre leur a alors intimé l'ordre, via un message proféré à plusieurs reprises par haut-parleur, de quitter immédiatement le "dohyo", l'arène de ce sport de lutte traditionnel, a relaté à l'AFP une porte-parole de la municipalité.

"Impures" pour le ring

Le sumo, dont les origines remontent à plus de 2.000 ans, conserve de nombreux rituels religieux shinto. Le ring est considéré comme un lieu sacré et les femmes, jugées "impures", en sont bannies. Selon des témoins cités par les médias locaux, des responsables ont jeté ensuite de grandes quantités de sel sur l'anneau de combat, apparemment afin de "re-purifier" le sol foulé par la gent féminine.

Dans un communiqué, le responsable de l'Association de sumo, Hakkaku, a formulé de "sincères excuses". "L'annonce a été faite par un arbitre sous le coup de l'émotion, mais c'était une action inappropriée dans une situation où une vie était en danger", a-t-il déclaré. Le maire a été hospitalisé et se trouve dans un état stable, a précisé Mme Miwa.