Jean-Marc Morandini bientôt de retour sur CNews

Jean-Marc Morandini bientôt de retour sur CNews

"Au départ avec Morandini, on voulait faire une émission d'information. Puis on s'est dit qu'on allait faire une émission médias", a dit Gérald-Brice Viret, directeur général des antennes de Canal+, sur France Inter. "En accord avec Morandini et avec le directeur Serge Nedjar, ce sera plutôt après la présidentielle. D'abord, priorité à l'info", a ajouté Gérald-Brice Viret.
Il n'a pas précisé l'horaire de diffusion de l'émission de l'animateur, mis en examen cet automne pour corruption de mineur aggravée puis suspendu d'antenne sur Europe 1. L'arrivée de Jean-Marc Morandini avait été le moteur d'une grève d'un mois des salariés, qui protestaient aussi contre l'ingérence de leur actionnaire Vincent Bolloré.
Le Conseil supérieur de l'audiovisuel avait accusé M. Morandini de "manquements aux exigences d'honnêteté et de rigueur" pour avoir notamment fait intervenir une fausse correspondante aux Etats-Unis.  La quasi-totalité des journalistes de la chaîne a démissionné fin 2016.

CNews lancée le 27 février

Le lancement de CNews a été repoussé plusieurs fois. La chaîne d'information du groupe Canal+ sera finalement relancée le 27 février, avec la venue de de personnalités des médias comme Jean-Pierre Elkabbach, Patrick Poivre d'Arvor, Rachid Arhab et Marc Menant.

"C'était un choix assumé d'avoir des signatures qui viennent sur la chaîne", a déclaré Gérald-Brice Viret. Il a qualifié le recrutement de Jean-Pierre Elkabbach d'"opportunité exceptionnelle".

L'ex journaliste-vedette d'Europe 1, 79 ans, proposera une interview quotidienne d'une vingtaine de minutes à partir de 8h05. D'anciens visages d'iTELE restent sur CNews: Pascal Praud conserve son débat de société à 9h, Laurence Ferrari continue de présenter le 18-20h et Olivier Galzi est présent à l'antenne jusqu'à minuit. Audrey Pulvar reste également dans la grille.

La chaîne, qui a eu des difficultés ces dernières semaines à assurer ses directs faute d'effectifs, va désormais privilégier "le recul et le décryptage" avec des débats et des personnalités, selon le directeur des antennes du groupe. Une charte déontologique et un nouveau comité d'éthique devraient par ailleurs être présentés au mois de mars, comme le demandaient les grévistes et comme la loi l'exige avant le 1er juillet.

Depuis la grève, l'audience d'iTELE a chuté en janvier à environ 0,6% de part d'audience, contre 1% avant le mouvement, au profit notamment de BFMTV, en hausse à 2,5%, et de LCI (0,5%), passée en gratuit en avril 2016.