Il conserve chez lui la "dernière fricadelle du millénaire"

Il conserve chez lui la "dernière fricadelle du millénaire"

Lorsqu'il a acheté cette ultime fricadelle du second millénaire, Roland Oomens n'avait pas l'intention de la manger, mais de la garder telle une relique d'une époque culinaire: l'ère de la malbouffe.

C'est en 2003 qu'il s'est finalement décidé à offrir à cette saucisse un cercueil transparent, histoire d'en contempler la momification. Et malgré une cassure naturelle, elle est aujourd'hui dans un état "stable". S'il devait s'en séparer un jour, ce ne serait pas à moins de 8.000 €, a expliqué Roland Oomens.

https://www.facebook.com/roland.oomens.7/posts/2929785533720094