Étranglé par sa banque, ce restaurateur doit payer 43.000 € de frais

Étranglé par sa banque, ce restaurateur doit payer 43.000 € de frais

Ce lundi, les journaux du groupe Sudpresse reviennent sur les mésaventures d'un restaurateur namurois qui se retrouve étranglé par sa banque.

Philippe doit payer 43.000 € à ING

Philippe Bosco a trois restaurants dans la région de Namur. Avant la pandémie mondiale, il avait emprunté pour investir dans deux de ses établissements. Pour éviter qu'il doive payer des frais de dossier, son banquier avait accepté de ne mettre en hypothèque qu'une partie de ses emprunts, le reste étant couvert par des mandats.

Mais en février dernier, il indique qu'ING a transformé unilatéralement ces mandats en hypothèques. Cette transformation a entraîné de très lourds frais de notaire et droits d'enregistrement. Résultat : dans cette période compliquée, il doit payer 43.000 € à sa banque.

"Pourquoi ils ne l'ont pas fait un mois plus tôt ?"

« J'ai toujours tout payé en temps et en heure. Je n'ai jamais eu aucun retard ! En plus, jusqu'en janvier, la Région wallonne avait instauré une exonération des droits d'enregistrement sur ce type d'opération. Pourquoi ils ne l'ont pas fait un mois plus tôt ? Ça m'aurait évité 12.000 € de frais ! Mais non, comme c'est moi qui payais, ils n'en ont rien eu à cirer », a confié à Sudinfo Philippe Bosco qui se sent trahi par sa banque.