Dix ans et positif au coronavirus, Levan est contraint de se confiner dans une voiture

Dix ans et positif au coronavirus, Levan est contraint de se confiner dans une voiture

Lundi dernier, un petit garçon d'origine géorgienne a été testé positif au coronavirus dans son école de Rennes. Renvoyé chez lui, il a été contraint à l'isolement pour une dizaine de jours. Mais pour Levan, chez lui, c'est la voiture dans laquelle il vit depuis des mois avec sa mère et son frère de 15 ans.

La famille était hébergée dans un centre de demandeurs d'asile jusqu'à ce que leur demande de statut de réfugié soit déboutée. Depuis, la maman et ses garçons n'ont d'autre choix que de vivre dans la voiture familiale.

Une terrible culpabilité pour le petit garçon

Alertées sur sa situation, les associations rennaises ont tout mis en œuvre afin de leur offrir un logement le plus rapidement possible, rapporte Ouest-France. Malheureusement, les bénévoles sont allés d'échecs en échecs. « Ils ont essuyé des refus, faute de place dans le dispositif de la ville déjà saturé, et parce que Levan était positif au Covid », détaille Camille Giguelay, membre de l'association « Un toit c'est un droit » au quotidien français.

Cette situation très difficile a fait terriblement culpabiliser le petit garçon, raconte-t-elle. « Levan était très mal, car il a compris que c'était ‘à cause de lui' que personne ne voulait les héberger. »

Une solution temporaire

Après trois jours de quarantaine dans la voiture, une solution a enfin été trouvée. La famille a pu rejoindre un centre d'hébergement consacré aux personnes sans-abri et présentant des symptômes du coronavirus.

Une solution qui n'est que temporaire. Une fois les dix jours de quarantaine passés, Levan et sa famille se retrouveront de nouveau sans toit au-dessus de leur tête. Les associations locales sont donc toujours mobilisées pour offrir une solution de logement durable à Levan et sa famille.

Lire aussi : Parents de cinq enfants, Sarah et Steve apprennent qu'ils ont un cancer