Des bananes dont la peau est comestible débarquent au Japon

Des bananes dont la peau est comestible débarquent au Japon

Faudra-t-il bientôt arrêter d'éplucher les bananes avant de les manger ? Au Japon, cela est déjà possible. En effet, les agronomes de l'entreprise japonaise D&T Farm ont créé une banane, non génétiquement modifiée, dont la peau est comestible.

Baptisée « Mongee », elle ressemble à n'importe quelle autre banane. Pour retirer l'amertume de la peau, un scientifique a tout simplement utilisé une nouvelle méthode de culture qu'il a développée durant son temps-libre. Il ne s'agit donc pas d'une banane OGM. Au contraire, le porte-parole de l'entreprise a expliqué à The Guardian qu'elle était cultivée de manière biologique et sans produits chimiques.

Un choc thermique à l'origine d'une peau plus fine

Les agronomes japonais à l'origine de « Mongee » ont d'abord fait pousser des bananiers dans un environnement extrême, à une température de -60°. Ils les ont ensuite décongelés pour les replanter à une température de 26°. Suite à ce choc thermique, les bananiers donnent une banane qui pousse plus rapidement, mais dont la peau n'a pas eu le temps de se développer complètement.

Un petit goût... d'ananas

La texture de la peau est différente d'une banane traditionnelle, elle est plus fine, sans amertume et surtout parfaitement comestible. L'entreprise D&T Farm indique qu'en plus d'être mangeable, la peau est remplie de vitamine B6, de magnésium et de tryptophane. La chaire est quant à elle plus sucrée qu'une banane normale, lui donnant un petit goût … d'ananas.

Un prix qui peut refroidir

Mais ne vous précipitez pas au supermarché du coin pour espérer y trouver des bananes « Mongee ». En effet, elles se trouvent uniquement dans un magasin de la préfecture d'Okayama, au nord-ouest du Japon, où sont vendues environ 5 € pièce. A l'heure actuelle, le magasin en reçoit moins de 15 kilos chaque semaine mais l'entreprise D&T Farm prévoit de développer ce produit en 2018 et de fournir des villes comme Tokyo et Osaka, voire d'ensuite exporter cette banane à l'international.