Confiant avant son départ pour l'Eurovision, Hooverphonic se livre au jeu des pronostics

Confiant avant son départ pour l'Eurovision, Hooverphonic se livre au jeu des pronostics

Pour la presse internationale spécialisée, Hooverphonic a plus de chance de faire un bon score avec la chanson «The Wrong place» qu'avec «Release Me», comme ce devait être le cas l'année dernière, avant que le concours ne soit annulé en raison de la crise sanitaire.

«Si tel est le cas, nous nous hisserons en haut du classement», a déclaré le leader du groupe Alex Callier dans une interview vidéo accordée à Belga. «Après tout, nous avons terminé cinquième au festival alternatif en ligne l'année dernière.»

Des "Outsiders"

Pour plusieurs observateurs, le groupe apparait en effet comme un «outsider». «Nous faisons apparemment figure d'outsider», commente Alex Callier. «Nous restons très calmes, avec les deux pieds sur la terre battue du Pays de Waes (d'où le groupe est originaire, ndlr.)».

Pour Alex Callier, la France, avec Barbara Pravi, part favorite. «C'est très impressionnant. C'est mon coup de cœur. Mais il faudra voir quel score elle va obtenir. La chanson française classique fait partie de notre culture mais comment vont réagir d'autres pays, comme les pays scandinaves?», s'interroge-t-il.

Pour la chanteuse du groupe, Geike Arnaert, la chanson française est bien implantée partout. Pour preuve, «Edith Piaf est aimée en tout lieu».

"Nous allons nous démarquer"

L'ordre de passage joue également un rôle important. La Belgique est le onzième des 16 pays à concourir pour la première demi-finale, mardi 18 mai. La Belgique passe juste après la Croatie et avant Israël. Ces pays proposent des morceaux au tempo plus rapide. «The Wrong Place», par contre, est une chanson au rythme plus lent.

Raymond Geerts, guitariste et co-fondateur du groupe, y voit un avantage majeur. «Il y a beaucoup de chansons comme celles qui passent avant et après nous. Nous allons vraiment nous démarquer. Cela va nous aider très fort», avance-t-il.

«C'est vrai que le contraste est toujours bienvenu», reconnaît Alex Callier mais il y voit également un danger. «Il faut pouvoir rentrer dans l'ambiance d'une chanson lente et on arrive après une vague assez énergique. Duncan Lawrence, le vainqueur néerlandais en 2019, nous a donné de bons conseils: il faut s'isoler, être zen et respirer calmement».

Hooverphonic est un groupe de renommée mondiale. «Mad about you» a fait le tour du monde. Les fans européens vont-ils voter pour Hooverphonic? Rien n'est moins sûr pour Alex Callier. «Je ne compte pas là-dessus. La chanson et la performance devraient le faire. Si c'est très serré, notre nom pourrait peut-être aider. Nous verrons. Nous y allons et nous allons nous amuser. Le reste, ce n'est pas nous qui décidons».

Lire aussi : L'Eurovision se tiendra avec un public limité de 3.500 personnes