Ces immeubles-forêt pourront absorber la pollution en Chine

Ces immeubles-forêt pourront absorber la pollution en Chine

En 2014, deux tours de Milan, en Italie, avaient été récompensées par l'International Highrise Award du « plus beau et innovant gratte-ciel du monde». Il faut dire que les deux immeubles brillaient par leur originalité. Hautes de 80 et 112 m, les deux tours milanaises possédaient l'équivalent d'un hectare de forêt sur leurs façades.

Cet étonnant projet de «forêt verticale» est l'œuvre de l'architecte italien Stefano Boeri. Et ce n'était qu'un début. En 2015, il a présenté le projet d'un immeuble-forêt de 36 étages à Lausanne, en Suisse. Désormais, c'est la Chine, l'un des pays les plus pollués du monde, qui a montré de l'intérêt pour le travail de Stefano Boeri. L'architecte italien a dévoilé les plans d'un projet de deux tours vertes de 200 et de 108 m pour la ville de Nanjing.

 

La plus haute tour accueillera des bureaux du 8e au 35e étage. Elle comprendra aussi un musée, une école d'architecture et un club privé sur le roof top. La seconde, quasiment deux fois plus petite, accueillera un hôtel de 247 chambres et d'une piscine sur le toit. Il y aura également un espace pour des commerces, des restaurants, un hall de conférence et d'exposition.

Les façades des bâtiments seront recouvertes de 600 arbres et 500 arbustes de 23 espèces différentes, mais aussi de 2.500 plantes. Selon les chiffres dévoilés par le bureau d'architecture, ces deux tours pourront absorber 25 tonnes de CO2 chaque année et produiront 60 kg d'oxygène par jour.

 

Il s'agira de la première «forêt verticale» construite en Chine et en Asie. La construction est prévue d'être achevée en 2018. D'autres villes chinoises comme Shijiazhuang, Liuzhou, Guizhou et Shanghai ont également montré de l'intérêt pour les projets de Stefano Boeri.

Ph. Stefano Boeri Architects