Ce pizzaïolo cuit ses pizzas sur les braises d'un volcan

Ce pizzaïolo cuit ses pizzas sur les braises d'un volcan

La coulée de lave incandescente se déplace lentement et la chaleur des roches faire cuire la croûte d'une pizza, déposée sur une plaque. La Pizza Pacaya de David Garcia, du nom du volcan du sud du Guatemala où il a installé sa cuisine improvisée, fait la plus grande joie des touristes.

Un comptable devenu pizzaïolo

Le pizzaïolo, en réalité un comptable de formation âgé de 34 ans, a enfilé des bottes et des vêtements de protection contre la chaleur intense du volcan.

Sur une épaisse plaque de tôle, il étale la pâte et la garnit de sauce tomate, de viande, d'oignon et de fromage. "Ça a l'air bien bon!", s'exclame un des touristes qui ont entrepris ce jour-là l'ascension du Pacaya, l'un des trois volcans en activité du pays.

"C'est prêt!", confirme David Garcia, en voyant le fromage qui fond déjà.

Une pizza cuite à la chaleur du volcan

Ils sont nombreux maintenant à venir expérimenter la dégustation d'une pizza cuite à la chaleur du volcan, se félicite le pizzaïolo. La clientèle n'était pourtant pas très nombreuse lorsqu'il a commencé, il y a trois ans, mais le succès est venu grâce aux réseaux sociaux.

Au début, il cuisait ses pizzas dans des cavités de lave encore brûlante, mais le regain d'activité du volcan depuis février lui a donné l'idée de cuisiner directement sur la lave en mouvement.

"C'est hallucinant, et unique au monde !"

"Qu'il y ait un pizzaïolo sur les braises du volcan, c'est hallucinant, et unique au monde !", s'exclame Felipe Aldana, un touriste qui vient de se régaler avec une part de pizza - un objectif qu'il s'était fixé après avoir appris l'existence de cette cuisine insolite sur les réseaux sociaux.

"Le seul fait de voir que tu vas manger quelque chose cuisiné sur la lave, cela paraît ridicule, mais il n'y a qu'ici qu'on peut voir ça", commente Kelt Van, un touriste néerlandais qui a apprécié sa pizza : "elle était très bonne et avait un croustillant magmatique".

Le Pacaya, qui culmine à 2552 mètres d'altitude à environ 25 km au sud de la capitale, est actuellement sous surveillance renforcée : les gens qui vivent sur les flancs du volcan sont sous la menace d'explosions et de pluies de cendres. Des coulées de lave se sont même approchées de zones habitées.