Ce bonsaï, vieux de près de 400 ans, a survécu à Hiroshima

Ce bonsaï, vieux de près de 400 ans, a survécu à Hiroshima

Le 6 août 1945, un B-29 baptisé Enola Gay largua sur Hiroshima une bombe à uranium dotée d'une force destructrice équivalente à 16 kilotonnes de TNT. On estime à 140.000 le nombre de morts, au moment de l'impact puis ultérieurement, sous l'effet de l'irradiation. Ce jeudi à 08H15 à Hiroshima, les cloches ont sonné, 70 ans exactement après le lancement par un bombardier américain de la bombe atomique. Cette première attaque nucléaire de l'histoire conduisit à la capitulation du Japon et à la fin de la Seconde guerre mondiale.

À l'occasion de cet anniversaire, National Geographic est revenu sur l'histoire d'un petit arbre multi-centenaire. Lors du bombardement, ce bonsaï était installé chez les Yamaki, à moins de 4 kilomètres du point d'impact de la bombe. La famille et l'arbre s'en sortiront miraculeusement indemnes. En 1975, la famille japonaise à qui l'arbre appartenait depuis cinq générations l'a donné aux Etats-Unis. Aujourd'hui, ce bonsaï vit des jours tranquilles à Washington D.C., à l'Arboretum national américain. « C'était en cadeau d'amitié et un lien entre deux cultures différentes », explique Kathleen Emerson, une conservatrice du jardin botanique.

Ce pin blanc du Japon a traversé les siècles et l'Histoire. Il a été mis en pot au 17e sicèle, il y a 390 ans. Jusqu'à présent, l'Aboretum n'avait pas mis en avant l'histoire de ce bonzai centenaire. Mais à l'occasion des 70 ans d'Hiroshima, Kathleen espère que les visiteurs voient dans cet arbre une "célébration de la survie". Comme de nombreux visiteurs ces derniers jours, un étudiant américain est venu se recueillir au pied de l'arbre. « C'est une question de pardon », a-t-il déclaré à USA Today. Pour lui, ce bonzaï représente désormais la paix entre les Etats-Unis et le Japon.