Cascais, riviera d'espions et de rois

Cascais, riviera d'espions et de rois

À une demi-heure de Lisbonne, la pointe occidentale du continent européen recèle autant d'histoires que de paysages fascinants où glamour et douceur de vivre vont de pair.

Flash-back dans les années 40. Si l'Europe est à feu et à sang, le Portugal, qui a choisi la neutralité, vit presque paisiblement. Refuge de nombreux diplomates européens, Estoril devient le repaire idéal pour les espions de tous bords. Dans le très cosy bar du Palacio Hotel, à deux pas du casino, Dulsan Popov, agent triple, déguste quelques cocktails. Véritable séducteur, ce Serbe qui fournit notamment le MI-6 est souvent aperçu accompagné de charmantes dames. Son élégance et son aisance dans ce milieu luxueux tapent dans l'œil de Ian Fleming, lui aussi agent secret. Le dandy d'Estoril inspirera au Britannique son célèbre agent 007, James Bond faisant son apparition à une table de poker dans Casino Royale en 1952. C'est ici également que sera tourné le seul film avec George Lazenby en 007, « Au service secret de sa Majesté ».

Retour en 2016. Cette atmosphère faite de mystère et de séduction règne encore dans les marbres du palace où de nombreuses têtes couronnées ont séjourné. Si Estoril a perdu quelque peu de son attrait d'antan, sa voisine Cascais ne manque pas de charme. Avec sa marina, ses petites plages et ses belles villas, la station balnéaire est le point de chute idéal pour découvrir la région, à seulement quelques kilomètres de Lisbonne.

Demeures de conte de fées

Parfois plongé dans la brume, le palais da Pena se mérite au sommet d'un lacet tortueux. Fatigués de la chaleur lisboète, les souverains portugais du 19e siècle ont construit ici une demeure estivale en altitude, sortie d'un conte de fées. Si le palais (voisin) royal de Sintra était la résidence officielle -celle des affaires nationales-, Pena possède tous les attributs d'une grande demeure familiale, de taille plus modeste (mais appréciable). Ce qui frappe au premier regard ce sont ses couleurs vives et joyeuses. Quant à son patchwork architectural, il transpire toute l'histoire du pays : tantôt romantique, tantôt mauresque, tantôt typiquement portugais avec de jolis azulejos (ces carreaux de faïence décorés). On se perd aisément dans le vaste parc qui l'entoure, à la fois sauvage et maîtrisé. Et pour les plus gourmands, les montagnes de Sintra, classées par l'Unesco, regorgent d'autres châteaux. Tous différents, ils contenteront les amateurs d'histoire.

Au nez de l'Europe

Envie de grand air ? Retour sur la côte, cette partie du littoral portugais, balayée par le vent -rendant le climat portugais si agréable en été-, offre des falaises vertigineuses. L'arrivée par le sud permet une vue de carte postale sur le village à pic d'Azenhas do Mar, la halte idéale pour déguster quelques plats de poisson. Pour accompagner tout ça, les vins de « Casal de Santa Maria », les plus occidentaux du continent, s'y prêtent volontiers. Les blancs y sont particulièrement frais et surprenants. D'autres magnifiques photos s'imposent à Cabo da Roca, le nez de l'Europe. Ce pic rocheux est le point le plus à l'ouest de l'Europe continentale. Les vagues s'écrasent sous nos pieds, ce qui fait la joie des surfeurs qui trouvent ici parmi les plus beaux spots. Et avant de reprendre la route vers Cascais , on fixe l'horizon en imaginant ces grands explorateurs qui voyaient ici leur pays peut-être pour la dernière fois.

En pratique

L'aéroport de Lisbonne est à une demi-heure de Cascais. En louant une voiture, on rejoint aisément la côte et on sillonne les petites routes vers Sintra. Un service régulier en train assure la liaison avec le centre de Lisbonne.

www.visitportugal.com