Brûler de l'encens est aussi nocif que fumer à l'intérieur

Brûler de l'encens est aussi nocif que fumer à l'intérieur

Parce que «fondamentalement, il n'y a guère de différence entre allumer ces produits et fumer dans la maison», relève Test Achats. Une fois allumés, certains bâtonnets ou cônes libèrent dans l'air un tas de substances «indésirables, parfois très nocives», rapporte-t-elle. Et de citer le benzène et le formaldéhyde, des substances cancérogènes, tout comme le naphtalène.

«Les particules fines émises sont nocives pour la respiration, tandis que l'acroléine possède un fort pouvoir irritant. Enfin, les encens dégagent aussi du monoxyde de carbone. Toutes ces émissions peuvent entraîner des maux de tête, des vertiges, des nausées et une irritation des yeux et des poumons.»

La pollution intérieure, un grave problème

Test Achats avait déjà alerté les autorités à ce sujet en 2004 puis en 2013. Les normes européennes pour la méthodologie des tests de produits de combustion et l'interprétation des résultats avaient été adaptées.

«Malheureusement, six ans plus tard, force est de constater que la pollution intérieure reste un grave problème de santé publique», déplore l'organisation. Elle demande dès lors à la ministre De Block le retrait immédiat du marché de huit encens particulièrement problématiques ainsi que l'interdiction de la vente d'encens aux personnes de moins de 18 ans. Elle exige enfin un meilleur étiquetage et des actions d'information vers la population.

Le choix des lecteurs
  1. romina-ahmadpour-HwjSCdC4H2Y-unsplash

    Voici les trois villes où les Belges sont les plus infidèles

  2. Belgaimage-36335462

    L’étonnante reconversion professionnelle de Michel Drucker en Belgique

  3. Bombe appartementbon

    Cet Ukrainien se rase tranquillement chez lui avec un obus dans sa cuisine (vidéo)

  4. 269500093_717470625884855_8512980000806130854_n

    Cette playmate piège les hommes infidèles sur les réseaux sociaux pour 1.600€

  5. Belgaimage-34309117

    Phénomène des piqûres sauvages: psychose générale ou véritable fléau?