« All My Friends Are Dead » : une comédie polonaise sanglante… et un peu Belge

« All My Friends Are Dead » : une comédie polonaise sanglante… et un peu Belge

Comment êtes-vous arrivé dans ce film polonais déjanté ?

Yassine Fadel : « En 2018, j'ai tourné dans la série polonaise ‘Nielegalni' (Illégals', NDLR), c'est de là que la directrice de casting m'a recontacté. Quand j'ai reçu le scénario, au début j'ai hésité, car il y avait des scènes un peu ‘osées' ( rires) ! C'était un défi, aussi parce que je suis Musulman, mais c'est ça le métier d'acteur, et ça me plaît de jouer des rôles éloignés de qui je suis. Jouer un Kader, un Samir, on me propose ça souvent… là je devais être Jacques, un Français chrétien ! Donc je dis OK, ça m'intéresse. Pour l'audition, il fallait filmer la scène ‘hot' chez soi et l'envoyer… J'ai demandé à ma femme de m'aider, je l'ai filmée de dos, en sous-vêtements… J'envoie la vidéo, on me rappelle, et on me dit que je suis pris. Là, je réalise que je vais devoir le faire pour de vrai ( rires) ! Sur le plateau, le réalisateur m'a demandé si j'avais embauché une prostituée pour l'audition. ‘Nan, la prostituée c'est ma femme' ( rires) ! »

Vous avez débuté dans ‘The Expatriate', un thriller américain tourné à Bruxelles en 2012…

« Oui, à la base je n'ai pas de formation de comédien. Au casting de ‘The Expatriate', quand le réalisateur Philip Stötzl m'a demandé si j'avais un agent, j'ai dit ‘je suis agent de voyages, mais j'ai pas d'agent' ( rires). Je suis arrivé dans le métier un peu par hasard, j'ai été repéré pour une publicité, et de fil en aiguille j'ai fait du mannequinat, de la figuration… j'ai même fait le casting de la Nouvelle Star, et j'ai été doublure de Jamel Debbouzze dans le ‘Marsupilami' ! »

Vous êtes habitué aux productions internationales : ‘Homeland', ‘Brussel', ‘Mocro Maffia', ‘The Team'…

« ‘Homeland', je regardais ça tous les soirs, donc quand j'ai su qu'il y avait un casting, j'ai foncé ! J'ai fait 6h de bus jusque Londres pour le rôle du Palestinien, et ensuite ils m'ont fait aussi essayer un autre rôle. C'est comme ça que j'ai eu l'agent du Mossad. Avoir fait le trajet a fait la différence. »

Sexe, drogues, sang : ‘All My Friends Are Dead' est assez ‘trash'. La scène la plus difficile à tourner ?

« La scène du mariage. À la base mes répliques étaient en anglais. Le jour du tournage, on me dit ‘Finalement on le fait en français, improvise'. J'ai jamais marié personne, je ne sais pas ce qu'il faut dire ! Puis on me dit qu'il y aura une phrase à dire en polonais ! Du coup je devais broder en français, et quand la caméra arrivait sur moi, sortir la phrase en polonais, devant une équipe de Polonais, alors que je ne parle pas polonais ( rires) ! C'était très compliqué, à la fin mon cerveau mélangeait tout ! »

Lire aussi : Un rôle taillé sur mesure pour Tom Hanks dans « La Mission »

Review

Vous vous souvenez des fêtes ? Loin de nous l'idée de remuer le couteau dans la plaie, car en voici une que vous ne regretterez pas d'avoir ratée. Ce Nouvel An était pourtant bien parti : il y avait de l'alcool, de la drogue, de la musique, des inconnu(e)s et des vieux amis. Mais le titre vous indique déjà que tout ça va mal tourner… Tout le monde en prend pour son grade dans ce ‘Projet X' tarantinesque venu de Varsovie, de la hippie passionnée d'astrologie au loser frustré, en passant par les couples tout frais et ceux déjà fanés, les célibataires, les misogynes, les croyants, les athées et les homos refoulés. Elle n'évite pas certains clichés faciles, mais cette tornade sanglante d'humour noir au scénario ficelé est rondement menée. Et bonne année !

4/5