32 millions d'euros pour un bol chinois, un record

32 millions d'euros pour un bol chinois, un record

Ce bol de petite dimension, qui remonte à la période 960-1127, est parti pour 294,3 millions de dollars de Hong Kong. C'est mieux qu'une coupe à vin de la dynastie Ming achetée en 2014 pour 30 millions d'euros par un magnat de Shanghaï célèbre pour ses surenchères vertigineuses.

L'acheteur du bol Song a souhaité préserver son anonymat, a expliqué Sotheby's, qui s'est refusé à préciser s'il s'agissait ou non un Chinois du continent. "C'est un seuil complètement nouveau pour la céramique chinoise et nous avons créé l'Histoire aujourd'hui avec cette pièce", a déclaré à la presse Nicolas Chow, vice-président de Sotheby's Asie. Les enchères avaient commencé autour de huit millions d'euros.

Pièce de la dynastie Song

Le bol, destiné initialement à laver les pinceaux, est l'une des rares pièces de porcelaine chinoise issues de la cour impériale de la dynastie Song du Nord. Seules quatre porcelaines, dont ce bol d'un bleu lumineux, appartiennent à des collectionneurs privés, ajoute la maison d'enchères. Il fait 13 centimètres de diamètre.

La coupe Ming avait été achetée par Liu Yigian, ancien chauffeur de taxi devenu financier de haut vol, l'un des hommes les plus riches de Chine. Il parcourt la planète à la recherche d'œuvres d'art rares. M. Liu, qui a construit son propre musée à Shanghai, a multiplié les records d'enchères, devenant le collectionneur d'art le plus célèbre de Chine. Il ne dédaigne pas cependant l'art occidental. En 2015, il s'était par exemple offert le "Nu couché" de Modigliani en 2015.