23 millions de personnes de plus menacées par des inondations à cause du réchauffement climatique

23 millions de personnes de plus menacées par des inondations à cause du réchauffement climatique

Une étude publiée das la revue Scientific Reports a récemment identifié de nouvelles régions qui risquent d'importantes inondations au cours des 30 prochaines années. Dans le pire des cas, ces zones seraient menacées d'ici la fin du siècle. Ces bien côtiers représentent 14,2 milliards de dollars, soit environ 20% du PIB mondial.

C'est la fonte des glaces qui serait la cause de cette élévation du niveau de la mer, qui pourrait impacter jusqu'à 4% de la population . Le sud-est de la Chine, le nord de l'Australie, le Bangladesh, le Bengale occidental et le Gujarat en Inde sont particulièrement menacés. Aux États-Unis, la Caroline du Nord, la Virginie et le Maryland étaient considérés comme les plus exposés, tout comme le Royaume-Uni, le nord de la France et le nord de l'Allemagne.

Des conséquences inévitables

Le professeur Ian Young, co-auteur de l'étude à l'université de Melbourne, a expliqué: "Nous devons certainement réduire nos émissions de gaz à effet de serre, mais cela ne résoudra pas le problème. L'élévation du niveau de la mer est déjà programmée, même si nous réduisons les émissions, le niveau de la mer continuera à monter parce que les glaciers continueront à fondre pendant des centaines d'années."

Cette étude s'appuie sur les conclusions publiées par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations unies en 2019. A l'heure actuelle, 148 millions de personnes seront exposées aux inondations, auxquelles il faudrait ajouter 54 millions de personnes supplémentaires si les émissions de gaz à effet de serre augmentent modérément. Ce chiffre grimperait à 77 millions si on laisse les émissions s'aggraver.

"Cela se produit aujourd'hui et nous l'avons vu sur la côte de la Nouvelle-Galles du Sud la semaine dernière. L'élévation du niveau de la mer exacerbe l'ampleur et augmente la fréquence de ces inondations. Même si nous atténuons les gaz à effet de serre, cela n'a pas beaucoup d'effet. Nous devons nous adapter car cela va se produire et nous devons donc envisager soit des solutions d'ingénierie concrètes, soit des plans de retrait et de déplacement des populations, ce qui est incroyablement difficile", précise l'expert.