Les Serres royales s’apprêtent à ouvrir leurs portes au public

Belga / B. Doppagne

Amoureux des plantes, à vos agendas ! Malgré la pandémie, les Serres royales de Laeken ouvriront au public du 13 mai au 6 juin prochains. Attention toutefois : il faudra réserver pour pouvoir se promener dans les allées luxuriantes du domaine. Pour la première fois, la visite se déroulera tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Contraintes à la fermeture en raison de la crise sanitaire l’année dernière, les Serres royales de Laeken accueilleront de nouveau le public dès le 13 mai.

La visite commence par une promenade d’environ deux kilomètres dans les jardins du Domaine royal. Elle permettra aux visiteurs de découvrir des éléments architecturaux qui ornent les jardins, tels que les ruines d’un temple au bord d’un des étangs, la roseraie en arc de cercle et l’atelier de la reine Élisabeth.

Les visiteurs sont ensuite invités à découvrir l’intérieur des plus grandes Serres: la Serre de l’Embarcadère, la Serre du Congo, le Jardin d’hiver et l’Orangerie. Seules les petites serres, regorgeant de milliers de fleurs, ne seront pas accessibles car il n’y est pas possible de garantir la distance recommandée entre les visiteurs.

Autre conséquence des mesures sanitaires : les réservations sont obligatoires et ne peuvent se faire qu’en ligne, via www.koninklijke-serres-royales.be. Ni billet ni réservation sur place.

Des Serres plus respectueuses de l’environnement

Autre nouveauté cette année, bien qu’imperceptible par le public : les Serres, comme tout le Domaine royal de Laeken, seront dorénavant chauffées par un nouveau réseau de chaleur. Installé pour une période minimale de 25 ans, il permettra de chauffer le domaine de manière plus durable.

«Depuis l’incinérateur de déchets de Neder-Over-Heembeek, 4,5 kilomètres de tuyaux ont été posés jusqu’au Domaine royal de Laeken. Ces tuyaux apporteront une partie de la chaleur résiduelle de l’incinérateur aux chaudières du domaine », explique la porte-parole du Palais, Lore Vandoorne. « Le réseau couvre environ 90% des besoins énergétiques des serres, ce qui réduit considérablement la consommation de combustibles fossiles du domaine.»

Selon les calculs des maîtres d’ouvrage, ce nouvel outil permettra de réduire les émissions de CO2 du Domaine royal d’environ 2.300 tonnes par an.

Lire aussi : Trois applis pour vous transformer en jardinier