La Nasa s’apprête à faire voler un hélicoptère sur Mars

Ph. AFP

L’hélicoptère de la Nasa sur Mars, Ingenuity, a pour la première fois fait tourner ses hélices lors d’un test, avant son vol prévu dans la nuit de dimanche à lundi, le premier d’un engin motorisé sur une autre planète.

«L’hélicoptère va bien, il est en bonne santé», a déclaré Tim Canham, responsable des opérations pour Ingenuity, vendredi. «La nuit dernière, (…) nous avons fait tourner les hélices très lentement et prudemment», a-t-il annoncé. Le moment a été capturé par le rover Perseverance, situé à plusieurs mètres de distance, et à bord duquel l’hélicoptère était transporté depuis son atterrissage sur Mars le 18 février, avant qu’il ne s’en sépare le week-end dernier.

La Nasa a publié un très bref extrait vidéo de l’engin – qui ressemble plutôt à un gros drone – avec ses hélices en train de tourner. Le premier vol aura lieu lundi à 02H54 GMT (dimanche à 22H54 sur la côte Est des Etats-Unis), a annoncé l’agence spatiale américaine.

Les premières données devraient arriver sur Terre lundi vers 08H15 GMT (04H15 sur la côte Est américaine). Une retransmission en direct des équipes de la Nasa analysant ces premières données sera visible sur le site de l’agence spatiale.

Une opération toute simple

Le premier vol durera 40 secondes en tout, et l’hélicoptère s’élèvera seulement à la verticale avant de faire du sur-place. «Nous allons décoller, nous élever jusqu’à trois mètres de hauteur, nous allons pivoter dans la direction du rover, prendre une photo, puis nous allons redescendre», a décrit Tim Canham.

La Nasa prévoit jusqu’à cinq vols, de difficulté croissante, sur une période d’un mois. Un dernier test des hélices doit encore être réalisé ce vendredi, cette fois «à pleine vitesse», a précisé MiMi Aung, cheffe de projet pour l’hélicoptère au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa.

S’élever dans l’air martien est un défi, car il est d’une densité équivalente à seulement 1% celle de l’atmosphère terrestre. Même si la gravité y est moindre que sur Terre, les équipes de la Nasa ont dû développer un engin ultra-léger (1,8 kg), et les hélices tourneront bien plus vite qu’un hélicoptère standard.

Quelles sont les chances de réussite pour ce vol? «La seule incertitude reste l’environnement de Mars», notamment «les vents», a expliqué MiMi Aung. Il s’agit d’une expérience à «haut risque», mais avec une «grande récompense» à la clé en cas de succès, a-t-elle résumé.