Sorties BD: «Idiss», «Sous Terre» et «L’Œil du chasseur»

Ph. T. Wallemacq

Et si vous profitiez de ces vacances de Pâques pour faire le plein de BD ? Voici trois albums très différents mais tous passionnants qu’on vous recommande vivement : « Idiss », « Sous Terre » et « L’Œil du chasseur ».

Un exode poignant

Avocat et politicien, Robert Badinter est l’homme qui a obtenu l’abolition de la peine de mort en 1981 en France. En 2018, il a publié un roman en hommage à Idiss, sa grand-mère maternelle juive qui a dû fuir l’empire Russe au début des années 1900. Trois ans plus tard, Richard Malka et Fred Bernard ont adapté ce récit en un joli roman graphique d’un peu plus de 100 pages. De 1890 à la fin de la Seconde Guerre mondiale, on suit le récit poignant de cette femme contrainte de fuir sa terre natale, en Bessarabie, qui correspond à l’actuelle Moldavie. Au-delà de son récit puissant et passionnant, « Idiss » marque les esprits avec son dessin. Coloré voire enfantin, il est empreint de nostalgie. Il peut faire penser à un livre pour enfants, ce qui contraste avec l’émotion et la tristesse qui traversent tout le livre, mais celui lui apporte aussi une vraie âme. Au fil des pages, on s’attache énormément à cette famille juive qui a traversé deux guerres et de nombreuses épreuves. C’est à la fois un récit intime et universel. Avec cette adaptation, Richard Malka et Fred Bernard rendent un magnifique hommage à Idiss, la grand-mère de Robert Badinter.

« Idiss » de Malka et Bernard, éditions Rue de Sèvres, 128 pages, 20 €

Lire aussi : Sorties BD: «Dessiner encore», «Chez toi» et «Les Chimères de Vénus»

Quand « Hunger Games » rencontre « Il était une fois… la Vie »

Saviez-vous que le sol contient plus de 50 % des cellules vivantes de notre planète et qu’une cuillère à café de terre contient plus de bactéries et de champignons que d’êtres humains sur la Terre ? Si ce n’est pas le cas, « Sous Terre » devrait vous intéresser. Avec ce nouvel ouvrage, le Bruxellois Mathieu Burniat poursuit son travail de vulgarisation scientifique. Il s’intéresse cette fois au monde souterrain. L’approche est originale. C’est un peu comme si « Il était une fois… la Vie » (le dessin animé culte de la fin des années 1980) rencontrait un film comme « Hunger Games » ou « Battle Royale ». Le scénario ? Hadès, le dieu des enfers, a décidé de passer le flambeau et il cherche un remplaçant. Comme 299 autres candidats, Suzanne, une adolescente de 16 ans, tente sa chance. Réduits à une taille de quelques millimètres et plongés sous terre, les participants devront se départager dans une série d’épreuves. À la fin, il n’en restera plus qu’un ! À travers ces épreuves, Mathieu Burniat emmène les lecteurs à la découverte de la richesse et du fonctionnement du monde souterrain. C’est original, documenté, drôle et instructif et ça mérite le coup d’œil !

« Sous Terre », de Mathieu Burniat, éditions Dargaud, 176 pages, 19,99 €

Lire aussi : BD: «Invincibles», «Trajectoire de femme» et «Un bébé si je peux»: trois nouveautés aux éditions Massot

Une réédition de qualité

En 1988, Philippe Foerster au scénario et Philippe Berthet au dessin ont sorti « L’Œil du chasseur » aux éditions Dupuis. À travers l’histoire et l’évasion de Climby, un jeune homme condamné pour vol, le duo emmenait le lecteur dans une course-poursuite remplie de rebondissements dans les bayous de Louisiane. Trente-trois ans plus tard, le récit n’a rien perdu de son charme et de sa force. Il vient de faire l’objet d’une réédition aux éditions Anspach. Comme souvent avec cet éditeur belge, l’album a fait l’objet d’une grande attention au niveau de l’impression. Les couleurs sont magnifiques et le papier est de qualité.  Après le récit de 48 pages, on découvre un dossier de 16 pages consacré à la genèse de « L’Œil du chasseur ». On y retrouve des interviews de Foerster et Berthet, une analyse détaillée de tous les personnages ainsi que de nombreuses illustrations et recherches inédites. Cet éclairage de qualité permet de profiter encore un peu plus de cette grande aventure, rythmée, plaisante et intemporelle.

« L’Œil du chasseur », de Foerster et Berthet, éditions Anspach, 64 pages, 16 €

Lire aussi : Sorties BD: Le retour de Champignac, un western noir et une fable sur le hasard