Il existe bien un lien entre les caillots sanguins et le vaccin AstraZeneca, confirme l’EMA

AFP / I. Fassbender

L’Agence européenne des médicaments (l’EMA) estime que les caillots sanguins associés à de bas niveaux de plaquettes sanguines devraient être ajoutés à la liste des effets secondaires rares du vaccin AstraZeneca, a-t-elle annoncé ce mercredi. Elle juge toutefois que les avantages du vaccin l’emportent toujours sur le risque.  

L’Agence européenne des médicaments a proposé mercredi de répertorier, parmi les effets secondaires très rares du vaccin anti-Covid-19 d’AstraZeneca, des caillots sanguins inhabituels liés à un faible taux de plaquettes sanguines.

Vu l’extrême rareté de cette combinaison, les avantages globaux du vaccin dans la prévention du Covid-19 l’emportent toujours sur les risques d’effets secondaires, ajoute le régulateur européen des médicaments, au terme d’une évaluation fort attendue de son comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (PRAC).

Les femmes plus touchées

Ce comité a procédé à un examen approfondi de 62 cas de thrombose cérébrale et de 24 cas de thrombose de la veine splanchnique signalés au 22 mars dernier, dont 18 mortels.

Ces cas sont survenus dans les deux semaines suivant la vaccination, pour la plupart chez des femmes de moins de 60 ans. Sur la base des preuves actuellement disponibles, les facteurs de risque spécifiques n’ont pas été confirmés.

Les personnes qui ont reçu le vaccin doivent consulter immédiatement un médecin si elles développent des symptômes de cette combinaison de caillots sanguins et de faible taux de plaquettes sanguines.

Que va décider la Belgique ?

Au niveau belge, les ministres en charge de la Santé se sont retrouvés ce mercredi matin pour leur réunion hebdomadaire. Ceux-ci se sont également penchés sur le dossier AstraZeneca. En Belgique, le vaccin est en effet toujours administré à tous les groupes d’âge, à l’inverse d’autres pays comme la France ou l’Allemagne qui le réservent aux plus de 55 ou aux plus de 60 ans.

D’après les informations du Nieuwsblad, une limite d’âge pourrait être instaurée pour l’utilisation du vaccin AstraZeneca. Reste encore à définir cette limite. D’après le quotidien flamand, ce serait soit 55, soit 60 ans.

Une autre question demeure également en suspens : que faire avec les patients plus âgés mais déjà vaccinés à l’AstraZeneca ? À l’heure actuelle, la question n’a pas encore été tranchée.

Vers une position unique européenne ?

Enfin, une réunion informelle des ministres de la Santé de l’Union européenne a été programmée ce mercredi à 18h par visioconférence, dans la foulée de l’annonce des conclusions de l’Agence européenne des médicaments.

Cette réunion doit aider à harmoniser les positions des différents États membres, «non seulement pour faire cesser la désinformation, mais aussi pour trouver un point de vue commun sur les efforts de vaccination dans l’UE», selon la présidence portugaise de l’UE. L’EMA sera représentée à cette réunion pour clarifier toute question liée à son analyse du vaccin AstraZeneca.

Lire aussi : Les vaccins Johnson & Johnson livrés en Europe à partir du 19 avril