‘Yes Day’ (Netflix): et si les enfants prenaient le contrôle?

DR

Marre de toujours devoir dire non à vos enfants? Et si vous acceptiez de dire oui à toutes leurs demandes pendant 24 heures? Manger de la glace au petit-déjeuner? Oui! Troquer un jour d’école pour des montagnes russes? Encore oui! Réveiller tout le quartier avec une mousse party dans la maison familiale? Trois fois oui! Mais quand on s’amuse tant, comment trouver la limite?

Hollywood raffole des comédies déjantées rappelant l’importance sacrosainte de la cellule familiale (à l’instar de ‘Mon Grand-père et moi’, qui lançait Robert De Niro dans une guerre sans merci contre son petit-fils). Et ‘Yes Day’ tombe bel et bien dans le piège des valeurs moralisatrices américaines: le mari laxiste finit par écouter la mère au foyer obsédée par l’ordre, et les enfants dépassés par le trop-plein de liberté terminent punis… et contents de l’être! Allons bon, tout le monde y croit! Mais comme dans la série ‘Modern Family’, qui joue allègrement avec ces codes conservateurs, on se laisse emporter dès que le délire est poussé à fond. Jennifer Garner (‘Juno’) a clairement mangé du lion, et prend beaucoup de plaisir à défoncer ses trois enfants lors d’une partie de paintball. À ses côtés, le bel Edgar Ramirez (Gianni Versace dans ‘American Crime Story’) surprend dans un registre plus commercial, et les trois enfants acteurs donnent le change avec talent et malice au duo de parents.

Au bout du compte, on se laisserait presque convaincre: en lâchant la bride, les parents retrouvent leur équilibre et les enfants apprennent une leçon au passage. Ou comment sortir la guimauve tout en gardant un bâton derrière le dos… On ne peut s’empêcher d’imaginer une version européenne et moins coincée du film, où personne ne finit en taule pour avoir volé une peluche, et où la mère conclut cette journée de folie en offrant une première bière à sa fille de 14 ans. ‘Yes Day’ n’est pas ce film, mais voit les choses en grand! Et finit par nous divertir non-stop en cours de route.

3/5