Comment la Covid a poussé à l’innovation et à la digitalisation

Ph. Unsplash

La pandémie de coronavirus a obligé de nombreuses entreprises à innover en se tournant vers les nouvelles technologies.

Depuis un an, la pandémie a totalement bouleversé nos habitudes de travail. Les rapports sociaux étant désormais (très) limités, de nombreuses entreprises ont dû se tourner vers le digital pour survivre. Dernier exemple en date chez nous ? La mythique salle de l’Ancienne Belgique (AB) qui s’est métamorphosée pour devenir « Nouvelle Belgique », une salle de concert virtuelle. Pour la première fois dans le pays, les fans pourront admirer leur artiste préféré en live dans un environnement de gaming interactif.

« Grâce au travail des techniciens son & lumière de l’AB, le spectateur a l’impression d’assister à un vrai concert. La particularité unique de cette expérience, c’est que tout ce qu’on voit sur la scène virtuelle a lieu simultanément dans le monde réel », fait valoir l’institution.

Les musées, eux aussi, se sont plus que jamais tournés vers le numérique pour attirer du public. Du 14 au 20 décembre dernier, les jeunes Français ont ainsi pu visiter virtuellement certains musées grâce à… TikTok. Dans le monde, de plus en plus de musées proposent également des visites virtuelles et payantes. Graceland, la demeure du défunt chanteur Elvis Presley, a ainsi accueilli 300 personnes –soit le maximum prévu– chacune de ses deux premières visites guidées virtuelles en janvier dernier. Le prix de cette visite particulière ? 100 $ par personne. Le Metropolitan Museum de New York s’est également lancé dans l’aventure dès juin dernier et, entre juillet et décembre, a effectué 116 visites virtuelles, pour plus de 2.800 visiteurs au total. Le tarif ? 300 dollars par groupe de 40 adultes maximum, 200 dollars pour des étudiants. Outre les adultes, le Met a aussi accueilli, par écran interposé, près de 4.000 scolaires entre juillet et décembre, parmi lesquels des élèves étrangers. Et la demande va croissante, a indiqué l’institution.

« Innover en matière d’offres »

Plus récemment en Belgique, c’est le traditionnel salon de la construction et de la rénovation Batibouw qui a joué la carte de la digitalisation contre la Covid. Si le salon n’a pas accueilli autant de visiteurs qu’espéré pour cette édition virtuelle, les organisateurs assurent que « les enseignements tirés de l’expérience conduiront à la mise en place d’une véritable offre hybride avec une présence ‘virtuelle’ tout au long de l’année ».

Preuve supplémentaire de l’importance qu’est en train de prendre le digital sur nos lieux de travail, cet appel à projet de la Fondation Roi Baudouin lancé pour la seconde année consécutive. Intitulé « Go.Digit ! Le digital à votre service », cet appel à projets vise à soutenir les fédérations et organisations coupoles du secteur associatif qui souhaitent créer de nouveaux outils numériques au service de leurs membres. Au total, dix projets ont été sélectionnés par un jury d’experts indépendant, pour un montant total de 383.602€. Chaque projet reçoit ainsi un soutien financier de près de 40.000€ et bénéficie de l’accompagnement d’un coach spécialisé en stratégies digitales, qui veillera tant à soutenir les lauréats qu’à permettre à la Fondation de capitaliser sur ces expériences au profit d’autres projets ou appels en matière de digitalisation du secteur associatif. « Les innovations digitales peuvent contribuer à accroître l’efficacité du fonctionnement des associations et l’impact de leurs activités. Elles permettent d’interagir différemment avec leur public-cible et d’innover en matière d’offres et de services », explique la Fondation.