Comment rempoter vos plantes? Guide pour les débutants

Ph. Pexels

Il n’y a rien de plus joli qu’une jungle urbaine dans votre intérieur ou sur votre terrasse! Mais, toutes ces plantes ont besoin d’entretien. Ce sont des créatures vivantes, ce qui signifie que vous ne pouvez pas les abandonner à leur sort. Maintenant que le printemps pointe le bout de son nez, vos amies vertes sortent lentement mais sûrement de leur sommeil hivernal. Il est temps dès lors de vous retrousser les manches!

L’une des tâches les plus chronophages quand on a des plantes chez soi, c’est de les rempoter à temps. Comment faire? Et de quoi faut-il tenir compte? Nous avons listé pour vous les points essentiels pour que votre verdure ne dépérisse pas.

Le timing est la clé

Le fait que vos plantes vertes soient à l’intérieur ne signifie pas pour autant qu’elles ne dépendent pas des saisons. On l’oublie souvent. La luminosité et la température dans la maison varient en effet beaucoup selon la période de l’année. Pendant l’automne et l’hiver, la plupart des plantes font de ce fait une sorte de pause hivernale, ce qui veut dire qu’elles poussent moins ou pas du tout et qu’elles consacrent toute leur énergie à leur survie. Durant cette période, elles sont dès lors aussi moins armées contre les changements soudains.

Par contre, le printemps et l’été sont le moment idéal pour donner un nouveau pot à vos plantes. À partir du printemps, elles entrent de nouveau dans leur période de croissance et elles sont plus résistantes que pendant les mois plus froids.

Quelle plante a besoin d’un nouveau pot?

Toutes vos plantes ne doivent pas être rempotées chaque année. Les plantes à croissance lente comme les cactus peuvent parfaitement vivre dans le même pot pendant 5 ans. Les plantes jeunes, à croissance rapide, ont quant à elles besoin d’être relogées chaque année. Si vous ne le faites pas, leurs racines n’auront plus de place pour continuer à grandir, avec toutes les conséquences que cela suppose. Votre amie verte laissera pendre misérablement ses feuilles ou n’en produira plus de nouvelles. Certaines variétés ont même des racines tellement puissantes qu’elles briseront leur pot en morceaux!

Si vous avez chez vous une plante adulte ou une plante qui est tellement grande que vous n’arrivez plus à la rempoter, il suffit alors de remplacer la couche de terre supérieure. Enlevez-en environ 5 centimètres – en faisant bien attention à ne pas endommager les racines. Puis ajoutez une nouvelle couche de terreau. Vous évitez ainsi l’épuisement complet du substrat et l’asphyxie de votre plante.

Ph. Pexels

Un pot n’est pas l’autre

O.K., votre plante a besoin d’un nouveau chez soi, mais comment le choisir?

En tout premier lieu, il faut regarder la taille du pot. Une règle facile à retenir est que le nouveau pot doit être environ 20% plus grand que le précédent. Le moyen le plus facile de le contrôler est de mesurer le diamètre, mais la hauteur a bien évidemment aussi toute son importance.

C’est ensuite au tour du type de pot. Il en existe grosso modo de deux types: avec trou d’évacuation et sans trou d’évacuation. Si vous n’êtes pas encore une/une expert/experte en matière de quantité d’eau à donner à vos plantes, c’est peut-être une bonne idée d’opter pour un modèle avec trou. Vous évitez ainsi de donner trop et que l’eau excédentaire ne soit prisonnière dans le fond du port sans trou. Ce qui peut faire pourrir les racines ou d’autres dégâts. Si vous choisissez quand même un pot sans orifice d’évacuation, l’astuce consiste alors à y placer dans le fond une couche d’hydro-granulés qui vont absorber l’eau excédentaire, puis la libérer au fur et à mesure.

Lors de l’achat, la plupart des plantes sont livrées dans un pot en plastique et certaines personnes choisissent de placer leurs plantes d’abord dans un pot en plastique, puis dans un cache-pot. Cela offre l’avantage de laisser facilement sortir l’eau excédentaire, mais cette méthode comporte aussi des inconvénients. En effet, le plastique ne laisse pas passer l’air, si bien que la terre peut vite s’étouffer. D’un autre côté, l’eau peut facilement s’échapper à cause de tous les trous d’évacuation et il est donc possible que vous deviez alors plus souvent arroser vos plantes qui aiment l’eau. La méthode la plus sûre est donc probablement de placer directement vos plantes dans un pot en terre cuite avec trou.

Du terreau et de l’eau

Pour rempoter vos plantes d’intérieur, il vaut mieux utiliser du terreau. Vous en trouverez dans les jardineries ou les supermarchés. Il est généralement enrichi en substances nutritives essentielles pour vos amies vertes. Si vous voulez rendre ce terreau un peu plus aéré pour que les racines reçoivent davantage d’oxygène, vous pouvez ajouter de la perlite (un sable siliceux d’origine volcanique d’aspect granuleux). Basez-vous sur un rapport de 1 part de perlite pour 3 parts de terreau. Vous évitez ainsi que le terreau ne devienne imperméable.

En général, l’eau de pluie est votre meilleure associée pour abreuver vos plantes. Elle ne contient en effet pas de calcaire et beaucoup de plantes ne supportent pas cette substance. De plus, au fil du temps, le calcaire peut laisser des traces blanches disgracieuses (pour certains) sur vos pots.

Ph. Pexels

Pas à pas

Vous savez quelles plantes vous allez rempoter et dans quels pots et vous disposez du terreau adéquat? Il est alors temps de vous y mettre. Ce sera un jeu d’enfant avec le plan étape par étape ci-après.

1. Si vous utilisez un pot sans trou d’évacuation, ajoutez d’abord dans le fond une couche d’hydro-granulés. En ce qui concerne les pots avec trou, c’est une bonne idée de recouvrir partiellement ce dernier (par exemple avec un tesson de pot cassé) pour éviter que le terreau ne s’échappe.

2. Ajoutez une couche de terreau de quelques centimètres.

3. Dépotez prudemment votre plante. S’il s’agit d’un pot en plastique, pincez doucement pour que la plante se détache plus facilement. S’il s’agit d’un pot en terre cuite, vous allez devoir éventuellement tapoter le pot. Détachez doucement les racines et essayez de retirer le vieux terreau si possible.

4. Déposez votre plante dans le nouveau pot sur la couche de terreau, puis comblez avec du terreau. Ne remplissez pas le pot à ras bord, conservez un espace de 2 cm environ dans la partie supérieure pour que l’eau ne déborde pas quand vous arrosez et ne tassez pas trop le terreau.

5. Arrosez votre plante et partez du principe que vous devez en donner un peu plus que d’habitude. Le nouveau terreau est souvent sec et, en outre, le pot (d’autant plus quand il est en terre cuite perméable) absorbe aussi un peu d’eau du terreau.

6. Trouvez une jolie place à votre plante et donnez-lui beaucoup d’amour!