Inédit : des Britanniques s’infectent volontairement au coronavirus

AFP / F. Tanneau

La Grande-Bretagne est le premier pays au monde à infecter des volontaires sains au coronavirus dans le cadre d’une recherche scientifique, a annoncé le ministère britannique de la Santé dimanche. Les premiers tests ont démarré samedi.

Alors que le monde entier lutte de son mieux pour éviter toute contamination au coronavirus, la Grande-Bretagne lance une étude où des volontaires acceptent de se faire inoculer le virus.

Nonante volontaires maximum, âgés de 18 à 30 ans, prendront part à l’étude nommée «The Human Challenge Programma», qui les exposera au virus «dans un environnement sûr et contrôlé».

Suivis 24h/24

Les sujets sont jeunes et sains, et présentent un faible risque de développer une forme grave de la maladie Covid-19. Les volontaires se voient inoculer une faible dose du virus pour analyser notamment comment leur système immunitaire y réagit et comment les particules virales réagissent à leur environnement.

Le ministère britannique de la Santé a indiqué que les premiers volontaires avaient débuté l’étude samedi. Il a insisté sur le fait qu’ils sont suivis et assistés 24 heures sur 24.

Lire aussi : Essais prometteurs pour un nouveau médicament anti-Covid