Black Narcissus, quand le mal s’infiltre au couvent

Ph. Disney

Star (Disney+) dévoile aujourd’hui la mini-série Black Narcissus, un huis clos dramatique de trois heures mettant en scène des nonnes qui se déchirent dans un couvent isolé de l’Himalaya.

Le pitch était alléchant car un brin décalé : une bande de nonnes qui se rend dans un ancien harem sur les contreforts de l’Himalaya pour en faire un couvent et créer une école. Elles sont aidées dans leur projet par le ténébreux et mystérieux M. Dean (Alessandro Nivola). Un homme rebelle qui ne laisse pas sœur Clodagh (Gemma Arterton) insensible. Petit à petit, le comportement de sœur Ruth devient très agressif…

Trop lent et trop sage

Cette adaptation d’un roman de Rumer Godden paru en 1939, scénarisée par Amanda Coe (Shameless), avait tous les ingrédients pour nous offrir un huis clos prenant et malsain. Mais il n’en est rien. C’est lent, trop lent ! Et en réalité, il ne se passe pas grand-chose. Diffusée à l’origine sur la chaîne américaine FX, Black Narcissus est beaucoup trop sage pour son sujet et, malgré le bon casting, on ne parvient pas à se réveiller. La seule consolation pour le spectateur est de voir Diana Rigg (Chapeau melon et bottes de cuir) quelques minutes à l’écran dans son dernier rôle.

Lire aussi : Que valent les deux premières séries Star Originals sur Disney+ ?