Australie: Une ministre traite une victime présumée de viol de «sale menteuse»

Brendan Smialowski / POOL / AFP

Le Premier ministre australien Scott Morrison a indiqué que sa ministre de la défense était profondément désolée d’avoir traité de « sale menteuse », une ancienne collaboratrice qui affirme avoir été violée.

Les faits remontent à 2019. Âgée de 24 ans, Brittany Higgins travaillait alors pour Linda Reynolds qui était à l’époque ministre de l’Industrie de défense et qui est devenue depuis ministre de la Défense. La jeune femme affirme avoir été violée par un collègue masculin dans le bureau de la ministre au Parlement après une soirée arrosée avec d’autres collègues du Parti libéral.

La jeune femme invitée à choisir entre sa carrière et une plainte

Brittany Higgins affirme qu’elle a fait état de cette agression à un supérieur et qu’elle a ensuite été conviée à participer à une réunion formelle dans la salle-même où le viol aurait été commis. Lors d’une interview au site news.com.au, la jeune femme a indiqué avoir eu le sentiment lors de la réunion avec ses supérieurs de devoir choisir entre sa carrière et une plainte auprès de la police.

Dans un premier temps, le gouvernement australien avait d’abord défendu l’attitude des supérieurs de Brittany Higgins en affirmant qu’ils l’avaient encouragée à porter plainte et qu’elle serait soutenue quelle que soit sa décision. Mais mi-février, le Premier ministre a opéré un virage à 180 et présenté ses excuses. « Cela n’aurait pas dû se passer. Et je présente mes excuses », a-t-il déclaré.

La ministre la traite de « sale menteuse » puis s’excuse

Cette semaine, le journal The Australian a révélé que le jour où Brittany Higgins a rendu public ces faits, le mois dernier, la ministre Linda Reynolds l’avait traitée de « lying cow », c’est-à-dire de « vache menteuse » ou de « sale menteuse », devant plusieurs collaborateurs. La jeune femme aujourd’hui âgée de 26 ans a déclaré que ces propos étaient incroyablement blessants et qu’ils étaient « une preuve supplémentaire de la culture toxique qui a cours derrière les portes closes au Parlement ».

Ce jeudi 4 mars, le Premier ministre Scott Morrison a indiqué qu’il s’était entretenu avec sa ministre de la Défense et qu’elle « regrettait profondément » les propos tenus qui, selon elle, ont été tenus « dans son bureau privé au cours d’une semaine stressante ».