Voici pourquoi certaines personnes non-prioritaires sont déjà vaccinées

Ph. Belga

Depuis le début de la campagne de vaccination , certains couacs viennent bousculer le processus partout dans le pays. Ces problèmes d’organisation expliquent que des personnes non-prioritaires se fassent vacciner, afin d’éviter le gaspillage. Explications.

Partout dans le pays, certains Belges pourtant non-prioritaires sont déjà vaccinés. En effet, tous les centres qui vaccinent à travers le pays font leur possible pour éviter le gaspillage. Dès lors, à chaque fois que la fermeture des centres approches, des membres du personnel de zones de police, de la Ligue Braille, des zones de pompiers bénéficient d’une vaccination anticipée.

Ils ne font pourtant pas partie du personnel médical de première ligne. Mais un flacon AstraZeneca contient dix doses, qu’il est nécessaire d’utiliser dans les six heures sans quoi elles sont perdues. Impossible de se résoudre à jeter les précieuses doses, ce qui explique que certains bénéficient d’un vaccin de façon anticipée.

Plusieurs exemples à travers le pays

Comme le rapporte RTL info, au Heysel par exemple, on vacine les responsables de services de contact, le personnel des services d’aide à la jeunesse, les services de police et la ligue Braille.

Du côté du centre de Court-Saint-Etienne, c’est le personnel de la Croix-Rouge aidant à l’accueil qui profiter de cette lutte anti-gaspi. « On a contacté aussi la police. Mais pour l’instant, on vaccine essentiellement les enseignants. On estime que, si on veut que les écoles restent ouvertes, il faut pouvoir protéger leur personnel », explique un membre du personnel.

Vous l’aurez compris, certains chanceux ont donc droit à ce vaccin sans rendez-vous, ce qui est totalement autorisé par les autorités: « La seule contrainte qu’on a est de ne pas jeter les doses. Maintenant, je ne vais pas commencer à vacciner mon frère parce que je le connais. Il faut quand même rester dans une logique médicale et protéger ceux qui en ont besoin