Une œuvre digitale adjugée à 6,6 millions $

Ph. ETX Daily Up

Grâce à Beeple, il est désormais possible de traduire en chiffres le boom du crypto-art. Une œuvre de l’artiste digital américain, intitulée « CROSSROADS », a récemment été vendue pour 6,6 millions de dollars sur la plateforme Nifty Gateway. Une somme inédite pour une création purement numérique. 

Lorsqu’on s’intéresse au crypto-art, un nom revient systématiquement : Beeple. Cet artiste américain, Mike Winkelmann de son vrai nom, est devenu la figure de proue de l’art numérique grâce à ses créations futuristes et hallucinatoires, où il mêle critique du monde de l’art et humour Web. « Il fait une variété d’oeuvres d’art de m*rde à travers une variété de médias. Certaines sont correctes, mais la plupart sont juste vraiment nulles. Il s’efforce de les rendre moins nulles tous les jours, alors soyez indulgent avec lui… », peut-on lire sur son site officiel. 

Si l’artiste se montre critique vis-à-vis de son travail, il s’est attiré le soutien d’une communauté grandissante d’amateurs d’art, qui n’hésitent plus à dépenser des sommes importantes pour acquérir l’une de ses œuvres digitales. L’une d’entre elles, « CROSSROADS », a été vendue pour 6,6 millions de dollars sur Nifty Gateway, une plateforme qui ambitionne de démocratiser les jetons non fongibles (NFT). Comme pour toutes ses créations, Beeple a encrypté sa signature dans « CROSSROADS » en utilisant la blockchain, et a intégré des données uniques à l’œuvre qui empêchent sa duplication. 

Quand le digital s’invite chez Christie’s

Selon Nifty Gateway, la vente de « CROSSROADS » marque un tournant historique pour l’art numérique. Elle a eu lieu quelques jours avant qu’une autre œuvre de Beeple fasse son apparition sur le marché, mais cette fois chez Christie’s. « Everydays – The First 5000 Days » est une mosaïque colorée composée de 5000 images entièrement digitales aux proportions diverses, que l’artiste américain a réalisées au cours des 13 dernières années.

Bien que les enchères pour la pièce commencent à 100 dollars, elles ont déjà atteint 2,4 millions de dollars. Un montant qui témoigne de l’engouement des collectionneurs pour ce pan encore assez marginal du marché de l’art. « Je pense que nous allons constater une explosion non seulement de nouvelles œuvres, mais aussi de nouveaux collectionneurs et je me sens honoré de prendre part à ce mouvement », avait déclaré Beeple en amont du lancement de la vente en ligne. Il semblerait qu’il ait vu juste.