Les femmes seraient plus susceptibles de tenir leurs promesses de campagne

Ph. AFP

Plus il y a de femmes au sein d’un gouvernement, plus ce dernier est susceptible de tenir ses promesses de campagne. C’est la conclusion d’une nouvelle étude américaine, réalisée aux États-Unis, au Canada et dans dix pays européens. 

Kaja Kallas, Kamala Harris, Sanna Marin… Ces femmes récemment arrivées au pouvoir vont-elles enfin contribuer à redessiner le paysage politique et restaurer la relation de confiance entre citoyen et politicien ? C’est la piste explorée par des chercheurs de la Rice University (Texas).

L’étude se base sur les données du Comparative Party Pledge Group (CPPG), outil visant à évaluer les engagements pris lors des campagnes électorales et la capacité des politiciens à les tenir. Douze pays ont été passés au crible : l’Allemagne, l’Autriche, la Bulgarie, le Canada, l’Espagne, les États-Unis, l’Irlande, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni et la Suède.

Une réponse univoque

À la question « qui des hommes ou des femmes sont les plus susceptibles de tenir leurs promesses ? », la réponse est sans équivoque. « Les femmes peuvent être plus efficaces dans ce processus que les hommes, y compris lorsqu’elles sont confrontées aux mêmes défis institutionnels », affirme Jonathan Homola, professeur adjoint de sciences politiques à l’université de Rice et chercheur principal de l’étude. 

« Ces données favorisent la compréhension dans la représentation des femmes en politique, ainsi que pour la concurrence entre les partis et l’élaboration des politiques de manière plus générale », souligne le Pr Homola. Le chercheur espère poursuivre ses investigations dans une future étude afin de déterminer dans quelle mesure plus de parité au sein des gouvernements peut influencer l’adoption de lois en faveur des droits des femmes. 

La Finlande en avance

Considérée comme une pionnière en termes d’égalité des genres, la Finlande, premier pays d’Europe à avoir accordé le droit de vote aux femmes (1906) représente sans conteste l’exemple à suivre en la matière. Son gouvernement actuel, majoritairement féminin, est dirigé par la Première ministre Sanna Marin depuis décembre 2019, deuxième femme à occuper ce poste dans ce pays. 

D’après des données de l’OCDE datant de 2017, les pères finlandais passent plus de temps que les mères avec leurs enfants, lorsque ceux-ci sont en âge d’aller à l’école. Une situation unique au monde, fruit d’une batterie de mesures adoptées au cours des dernières décennies en faveur de l’égalité parentale.