Les trucs et astuces de Céline du blog I do it myself

Ph. Céline

De la customisation d’objets chinés en brocante aux plus jolies plantes pour habiller un salon, Céline est LA personne à suivre si vous cherchez de chouettes idées de décoration. Créatrice du blog «I do it myself», elle nous propose ses trucs et astuces pour aménager un intérieur unique et cosy.

Comment vous êtes-vous lancée dans le DIY?

«Au moment où j’ai emménagé dans notre maison, j’étais en recherche d’emploi. Je n’avais pas un énorme budget pour la déco donc j’ai commencé à chiner des objets pour les customiser afin de rendre ma maison plus confortable. Je n’avais pas de boulot, mais j’avais du temps! Et comme j’avais une formation de graphiste, j’ai créé un blog fin 2014 afin de publier mes petits tutos Do it yourself [DIY]. Grâce à ça, j’ai trouvé un travail en tant que graphiste dans une société.»

À quel moment votre passe-temps est-il devenu votre métier?

«Petit à petit, ça a commencé à prendre plus d’ampleur. Je suis d’abord passée à 4/5 à mon travail, et puis j’ai décidé de m’y consacrer à 100% il y a environ deux ans. C’était vraiment ce qui me passionnait et j’avais vraiment envie de voir si je pouvais vivre de ces activités. Donc j’ai sauté le pas! Cela s’est vraiment fait petit à petit. À la base, je ne pensais même pas que l’on pouvait vivre d’un blog (rires)!»

Vous avez créé une véritable communauté sur les réseaux. Qu’est-ce que cela représente pour vous?

«C’est hyper chouette! Ça me permet de dialoguer avec des personnes qui ont la même passion que moi, qui adorent la déco, qui essayaient de refaire des DIY… Voir toutes ces personnes qui s’y mettent, qui font des choses par elles-mêmes et customisent des objets qu’ils ont chez eux. C’est hyper motivant!»

Quelles sont les bonnes raisons de se mettre au DIY?

«D’abord on crée un objet par soi-même. C’est gratifiant parce que l’on a un objet qui est forcément unique. Aujourd’hui, on a tous les mêmes intérieurs avec les mêmes meubles qui viennent des mêmes magasins. Le DIY permet d’apporter une touche personnelle à sa déco.»

«J’essaie aussi de pousser à fond pour la customisation pour donner une seconde vie aux objets. Par exemple, si vous avez une vieille chaise dont vous n’êtes plus trop fan de la couleur, au lieu de la donner, de la jeter ou de la vendre, vous pouvez essayer de la repeindre. Il y a toujours moyen de remettre au goût du jour un objet que l’on a chez nous!»

C’est aussi un moyen de suivre les tendances sans dépenser trop?

«Oui, on voit parfois des choses dans le commerce que l’on peut essayer de faire nous-même. Quand j’ai commencé, j’avais vu une petite échelle en bois dans un magasin. Elle coûtait 80€! Je trouvais ça super cher et me suis dit: ‘il y a moyen que je fasse ça moi-même’. J’ai créé ma petite échelle à la maison avec des lattes de bois que j’ai trouvées dans le garage. C’est très gratifiant de se dire qu’on parvient à faire nous-même ce que l’on a vu ailleurs!»

C’est important pour vous d’ancrer vos tutos dans une démarche écologique?

«J’essaie de le faire de plus en plus, mais je ne suis pas encore à 100% zéro déchet. Dans la mesure du possible, j’essaie d’éviter le plastique. Quand il y en a, je le garde et le récupère pour faire mes mélanges de peintures, par exemple. J’essaie qu’il serve à nouveau. Tout le monde ne peut pas passer au zéro déchet du jour au lendemain, mais c’est bien que chacun puisse s’y mettre petit à petit. C’est comme cela que l’on avance.»

Ph. Céline

Quels conseils donneriez-vous à celui qui veut se mettre au DIY mais craint un résultat plus proche du bricolage de maternelle que d’un bel objet déco?

«De se lancer et d’essayer! Si on n’essaye pas, on ne peut pas savoir si cette création sera chouette ou pas. Il faut aussi se dire que ce ne sera jamais canon du premier coup! Si je retourne sur mon blog et que je regarde mes premières créations, elles ne seront plus à mon goût maintenant. Mais c’est en essayant qu’on évolue et que l’on parvient à faire de belles choses. Il faut commencer petit, peut-être sur des objets qui n’ont pas une immense valeur à nos yeux. Ça permet d’essayer, sans risquer d’abîmer ce beau vase que l’on adorait tant… C’est pour cela que sur mon blog je propose à la fois des DIY hyper faciles et des choses un peu plus compliquées qui nécessitent du bois, des outils…»

Il ne faut pas se freiner en se disant ‘je ne suis pas un grand bricoleur’?

«Non, vraiment pas! Par exemple, dans un tuto récent sur Instagram, je customise des jarres que j’avais trouvées en magasin de seconde main. J’ai simplement ajouté de la backing powder à ma peinture. Comme ça, la peinture gonfle et on obtient une super texture, un peu terra cota sur le pot. Voilà, il suffit juste de mélanger peinture avec de la levure et puis de peindre un pot! Ce n’est pas compliqué et tout le monde est capable! Je pense que l’on a chacun une part créative au fond de nous.»

À vos yeux, quel est l’indispensable pour se sentir bien chez soi?

«Pour moi, c’est avant tout d’avoir un intérieur cosy et douillet. Tout ce qui est coussins, plaids… Toutes ces matières très chaleureuses qui font que l’on se sente bien chez soi. C’est ce que je mets en premier dans un intérieur. Je trouve que c’est vraiment important, surtout en hiver (rires!).»

Comment peut-on aménager son intérieur afin qu’il soit à la fois un espace agréable pour vivre et travailler?

«Pour ceux qui en ont la possibilité, c’est d’aménager une pièce, ou un coin de pièce dédié au travail et que l’on ferme quand on a terminé sa journée. Il faut éviter de laisser son ordinateur ou ses classeurs envahir son espace de vie. Si on a peu d’espace, on peut par exemple trouver un joli panier dans lequel on va ranger toutes ses affaires de bureau le soir. Ainsi, cela redevient notre intérieur et plus notre espace de travail. Il faut vraiment avoir cette rupture entre le travail et la vie de maison. Après, il faut essayer de rendre son espace agréable si on a la chance d’avoir un (espace) bureau. Par exemple, en y mettant des petites plantes, des coussins… Il faut aménager l’espace à son goût afin de s’y sentir bien.»

Est-ce que vous avez remarqué des changements dans les tendances déco avec le confinement?

«Oui, surtout durant le premier confinement. J’ai eu beaucoup d’échanges sur Instagram avec des personnes qui s’intéressaient au DIY. Ils s’y intéressaient déjà pour s’occuper, mais aussi pour la décoration: en étant plus souvent chez eux, ils essaient d’aménager mieux leur intérieur, et notamment leur bureau justement.»

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent verdir un peu leur intérieur? Comment mettre nos plantes en valeur?

«Les plantes apportent vraiment de la vie et de la couleur à nos intérieurs. On peut en mettre dans toutes les pièces, tant qu’elles reçoivent de la lumière et ne se retrouvent pas près d’une source de chaleur (poêle à bois, chauffage…). Il faut qu’il y ait beaucoup de lumière dans la pièce, donc mettre une plante dans une salle de bain sans fenêtre, ça ne fonctionnera pas! Enfin, sauf si c’est une plante en plastique (rires!) En revanche, il ne faut pas écouter la légende selon laquelle on ne peut pas en mettre dans sa chambre: du moment qu’il y a de la lumière, une aération régulière et que l’on n’en met pas 300, il n’y a pas de soucis!»

Quelle plante choisir pour commencer?

«J’aime beaucoup le pothos! C’est une plante hyper faciles à entretenir. Elle convient à toutes les pièces, lumineuses ou moins lumineuses. Ce qui est très sympa, c’est qu’il y a plein de sortes de feuilles différentes: verts, des petites taches blanches ou pas… C’est une plante qui ne coûte pas cher et qui pousse super vite!»

Dans votre livre, vous expliquez comment faire bouturer ses plantes…

«Je donne des conseils pour faire ses propres boutures: c’est-à-dire couper un petit bout de la plante, la mettre dans l’eau pour en faire une nouvelle plante. C’est trop chouette parce que ça nous permet d’avoir des plantes gratuitement, de les offrir, de les échanger avec des amis… C’est toujours sympa et comme les plantes grandissent assez vite généralement, il y a toujours moyen de les bouturer facilement. Même si on ne s’y connaît pas super bien en plantes, il y a moyen de le faire parce que je montre vraiment le pas à pas dans mon livre. C’est hyper chouette à observer, notamment avec les enfants. Regarder les racines se former, la plante grandir…»

Vous nous proposez aussi de faire pousser… nos noyaux!

«Oui, les noyaux et pépins de fruit et de légumes on les met généralement à la poubelle alors que l’on peut les réutiliser. C’est aussi dans la démarche zéro déchet: on les réutilise pour créer une petite plante. C’est super chouette et facile. Dans mon livre, j’explique toutes les techniques, photos à l’appui, pour que ce soit facile et accessible à tout le monde.»

On voit souvent vos deux petites boules de poils sur vos photos. Comment vous faites pour garder une décoration impeccable avec vos deux chats? Ils ne s’y attaquent pas?

«Depuis qu’ils sont petits, ils sont dans cet environnement. Quand ils s’approchaient des plantes, je leur disais fermement «non» en agitant le doigt! (rires) Des fois je leur mettais un petit pshit d’eau dessus s’ils s’approchaient trop près de la plante. Depuis ils n’y touchent pas. C’est comique, il arrive même qu’ils soient assis à côté d’une plante, avec des feuilles sur leur tête, sans jamais y toucher! J’ai de la chance avec eux, ils sont assez calmes. Je touche du bois (rires)! J’essaie de mettre des petits jouets partout dans la maison de manière à ce qu’ils ne s’intéressent pas aux plantes ou à la déco, mais bien à leurs jouets… Normalement il n’y a pas trop de dégâts!»

Oriane Renette