La bulle sociale à l’extérieur va-t-elle être élargie dès ce vendredi ?

BELGA PHOTO PAUL-HENRI VERLOOY

Le Premier ministre a indiqué ce matin que des petits assouplissements n’étaient pas à exclure prochainement. L’élargissement de la bulle sociale à l’extérieur pourrait-il être envisagé ?

Depuis sa conférence de presse surprise donnée ce lundi, le Premier ministre Alexander De Croo a apporté quelques précisions. Ce matin, il a indiqué que des assouplissements restaient possibles en mars, avant que des mesures plus significatives soient prises en avril et en mai si la situation sanitaire le permet.

Lire aussi : « Cela ne veut pas dire qu’aucun assouplissement ne peut être décidé ce vendredi », précise De Croo

Le sujet est sur la table

Ce matin, Alexander De Croo a rappelé qu’il n’était pas interdit de rencontrer des amis ou de la famille à l’extérieur et que ce n’était d’ailleurs « pas dangereux de le faire ». Peut-on dès lors envisager que la bulle sociale soit élargie à l’extérieur et qu’il soit bientôt possible de rencontrer, par exemple,  huit personnes dehors, contre quatre actuellement ? Selon Het Laatste Nieuws, le sujet sera bel et bien sur la table des discussions lors du comité de concertation de vendredi et qu’il est possible que la « bulle sociale extérieure » soit élargie.

Groen plaide pour l’élargissement de la bulle sociale à huit personnes en extérieur

Ce lundi soir, Groen a plaidé pour un élargissement de la bulle sociale de quatre à huit personnes à l’extérieur. « Les experts sont accord pour dire que conserver une distance suffisante en plein air diminue considérablement le risque, et se voir à l’extérieur fait énormément de bien à la santé mentale », ont indiqué la vice-Première ministre Groen, Petra De Sutter, et la présidente du parti, Meyrem Almaci dans un communiqué.

« Il faut procéder à un desserrage progressif des mesures »

Le président du cdH, Maxime Prévot, plaide également pour un assouplissement des mesures. « La bulle de un (une personne) n’est plus respectée. Les gens ne comprennent pas pourquoi d’un côté, on peut s’entasser dans les transports en commun et de l’autre, tirer au sort quel enfant pourra aller au scout en extérieur le dimanche », a donné en exemple M. Prévot.

Selon lui, il est temps d’écouter d’autres experts que des virologues et des épidémiologistes. « A la faveur du beau temps, il faut procéder à un desserrage progressif des mesures concernant le sport, les contacts sociaux en extérieur. La gestion d’une crise sanitaire, c’est aussi prendre en compte les avis d’experts pédiatres, psychologues, oncologues etc. Pour éviter d’arriver à une saturation des hôpitaux psychiatriques ».